Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

photos

Déjà la fin des moissons dans le village.

Publié le par Bruno

Les moissonneuses-batteuses terminent leur bal saisonnier dans notre secteur.

Déjà la fin des moissons dans le village.
Déjà la fin des moissons dans le village.

Un grand nuage de poussière au loin, c'est d'abord à ça que l'on reconnait la machine dans les champs dorés.

Déjà la fin des moissons dans le village.
Déjà la fin des moissons dans le village.
Déjà la fin des moissons dans le village.

Ce travail estival agricole est devenu banal, mais que de progrès en quelques décennies, ou moisson était synonyme de dur labeur. Ci-dessous René Blot en 1958, moisson chez Eugène Boulanger au Tilloy.

Déjà la fin des moissons dans le village.
Déjà la fin des moissons dans le village.

Le tracteur a remplacé les chevaux. Ramassage des gerbes de blé avant le battage.

Déjà la fin des moissons dans le village.

Pour le plaisir des yeux...

La moisson par Pieter Brueghel (1565)

La moisson par Pieter Brueghel (1565)

Partager cet article
Repost0

Le Noirieu "dans tous ses états".

Publié le par Bruno

La rando du jour.

Le Noirieu "dans tous ses états".

Les berges de la rigole du Noirieu, de nouveau accessibles aux promeneurs, randonneurs après le passage du tondo broyeur de VNF.

Maintenant c'est au tour des pêcheurs d'exprimer leur mécontentement. Les plantes aquatiques ont tellement proliféré qu'il devient impossible de poser un bouchon de ligne sans accrocher son hameçon. Il est prévu que VNF assure le faucardage de la rigole, la date reste à préciser...

Plantes aquatiques en abondance.
Plantes aquatiques en abondance.
Plantes aquatiques en abondance.

Plantes aquatiques en abondance.

La rigole entre Essigny et Fonsomme.

Même si il est reconnu que ces plantes jouent un grand rôle dans l'écosystème aquatique (production d'oxygène avec la photosynthèse, production de nourriture pour les poissons blancs, cache pour les plus petits contre les prédateurs, support de ponte etc), tout est question de quantité et de qualité. Ce n'est pas le pêcheur rencontré ce matin qui vous dira le contraire... 

Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".

Plantes sauvages au bord du sentier.

Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".

Les dernières grosses bourrasques de vent ont eu raison de vieux saules et peupliers. Leurs troncs creux n'ont pas résisté aux rafales.

Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..
Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..
Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..
Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..
Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..

Ici les arbres en tombant ont emporté une partie de la berge de la Somme qui coule en contre bas de la rigole..

Les herbiers sont aussi des caches à poisson, deux carpes communes de belle taille se dorent au soleil.

Le Noirieu "dans tous ses états".

Deux oies échappées de l'enclos voisin que Pixelle s'empresse de faire envoler.

Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".

Le "bayou" de Fonsomme ! gare aux alligators...

Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Le Noirieu "dans tous ses états".
Partager cet article
Repost0

Jour de moisson dans le village.

Publié le par Bruno

Faire quelques photos ce matin de la parcelle de blé voisine avant l'arrivée de la moissonneuse dans la soirée: il était temps.

Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.

Il ne faudra pas longtemps pour moissonner ce champ.

Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.
Jour de moisson dans le village.

Déjà le déchaumage est effectué.

Jour de moisson dans le village.

Vidéo de la moisson 2012.

Publié dans Le village, Nature, Photos

Partager cet article
Repost0

Après les thrips la semaine dernière, voilà les mouches.

Publié le par Bruno

Savez-vous que les mouches transportent des millions de bactéries sur leurs petits corps poilus ?

C'est parce qu'elles sont attirées par les endroits où les bactéries foisonnent: les matières fécales, les poubelles, les aliments pourris, etc. Elles vont ensuite simplement se poser sur nos aliments prêts à être consommer... Dès lors nous nous exposons à des risques sanitaires sérieux.

Installation du gobe-mouche.

Il pourrait dater fin du XIXème siècle ? Les pièges à mouche, à guêpes sont connus (les "fait-maison" et autres) mais celui ci, retrouvé au fond d'un vieux bâtiment, serait parait-il très efficace pour capturer ces insectes nuisibles. De plus il est aussi esthétique, ce qui ne gâche rien. Il me rappelle ces vaironnières en verre utilisées pour la capture de vifs, (goujons et vairons) quand j'étais gamin.

Son bouchon est celui d'une carafe, l'original n'a été retrouvé.

Son bouchon est celui d'une carafe, l'original n'a été retrouvé.

(Sources Objets d'Hier Sophie Sesmat). Le gobe-mouche est un piège à insectes, qui fut initialement prévu pour les mouches et qui a ensuite servi pour les guêpes.
 
Un gobe-mouche est un récipient en verre dans lequel il faut verser un liquide sucré pour attirer les mouches. 
Il s’agit d’un genre de bouteille qui est de forme sphérique et comporte un goulot vertical central fermé par un bouchon. Il se reconnaît par sa large ouverture située au milieu du fond et dont le bord est retroussé vers l’intérieur. Cette goulotte creuse sert de réceptacle au liquide sucré qui doit appâter les insectes. Les plus anciens gobe-mouches sont posés sur de petits pieds en verre rapportés à chaud. 
Les goulots de certaines bouteilles, comme les bouteilles à vairons ou certaines bouteilles ordinaires anciennes ou encore les gobe-mouches les plus anciens, se faisaient au moyen d'un cordon de verre rapporté, posé à une hauteur convenable et façonné aux fers.
Bref, la forme de la bouteille est de telle manière que les insectes rentrent sans  pouvoir ressortir.
Un gobe-mouche pouvait se poser sur la table : par les pieds le gobe-mouche est surélevé, les insectes peuvent passer en dessous, ou bien se suspendre, soit par une cordelette attachée au goulot ou pour les plus récents, grâce à une petite tringle en métal située dans la bouteille et dont l’extrémité recourbée permet de la suspendre à une branche.
Après les thrips la semaine dernière, voilà les mouches.
Partager cet article
Repost0

Les thrips sont de retour !

Publié le par Bruno

Les thrips ou bêtes d'orage: insupportables bestioles.

Les thrips ou bêtes d'orage: insupportables bestioles.

C'est un minuscule insecte désagréable qui envahit nos maisons l'été, dès le début des moissons.

Les thrips de leur nom scientifique les thysanoptères, constituent parmi les insectes, un de ces ordres mineurs que l'on connaît peu, voire pas du tout, et même un " ordre oublié " tant sont peu nombreux les entomologistes qui s'intéressent à eux . Il est vrai que ces insectes sont petits (1 mm pour la plupart) et difficiles à observer, à capturer . L'été, les " bêtes d'orage " forment souvent des essaims spectaculaires au dessus des champs de blé .

Ce sont de minuscules insectes noirs et fins dont les ailes sont bordées de franges (prendre une loupe pour les voir !)
Lors de journées chaudes et humides, les Thrips peuvent être très nombreux dans les airs, parfois plus de 2 millions par km2 ! On pensait autrefois que ce phénomène était lié à l’état électrique de l’atmosphère à l’approche d’un orage d’où leur surnom de « bêtes d’orage ». Mais c’est tout simplement lorsque la température est comprise entre 19 et 25 °C et que l’humidité dans l’air est comprise entre 70 et 75 % que les Thrips s’envolent. Ces « nuages » de Thrips sont dus à l’essaimage ou à des vols migratoires. Et souvent juste avant l'orage ou lorsque l'on est en période de moisson elles sont dérangées et s'éparpillent.

À ce moment, ils sont si nombreux et légers que les vents peuvent les entraîner assez loin et parfois dans des lieux habités. Dans ce cas, ils se posent où ils peuvent, souvent sur nous et on suppose que pour compenser leur déficit en eau, ils nous piquent pour essayer de s’hydrater. Disons plutôt qu’ils nous mordillent, que l’on ne risque rien mais que ça peut être désagréable. Pour éviter leur présence sur nous, on pourra essayer des crèmes répulsives. Une douche sera le meilleur moyen de s’en débarrasser. Enfin, lorsque l’on est en sueur, les Thrips ont tendance à se coller sur nous. Bref, fermer les fenêtres et faire une pause douche, sont encore les meilleures solutions, car le phénomène d’essaimage ne dure pas très longtemps !

Les thrips sont de retour !

Publié dans Nature, Photos

Partager cet article
Repost0