Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cote jardin eco

La journée avait pourtant bien commencé.

Publié le par Bruno

Un ciel clair, un léger rayon de soleil, un temps idéal ce samedi matin pour rabaisser les bouleaux plantés il y a environ 40 ans.

La journée avait pourtant bien commencé.
La journée avait pourtant bien commencé.

Même si la pluie est annoncée pour l'après midi, il est bien agréable de sortir la tronçonneuse et de grimper dans les arbres. Cette année, Il est prévu que je les raccourcisse d'un bon mètre. Pas de gel annoncé, c'est le moment d'intervenir. Depuis plus de trente ans, ce n'est pas leur première grosse coupe, il me faut canaliser leur expansion tant ils semblent se plaire dans le terrain, même si vous me direz, que les bouleaux ne sont pas très exigeants en matière d'implantation, ils sont capables de pousser même dans des sols pauvres. Le printemps venu, ils repartent de plus belle !

La journée avait pourtant bien commencé.
La journée avait pourtant bien commencé.
La journée avait pourtant bien commencé.

Deux tronçons de 50 cm débités sur chaque arbre et les trois bouleaux sont bientôt abaissés.

La journée avait pourtant bien commencé.
La journée avait pourtant bien commencé.

Et zut, la pluie arrive, comme prévue, il faut rentrer les outils... Pendant ce temps, les jonquilles sorties de terre depuis plusieurs jours, sont prêtes à fleurir un 7 janvier !!!

La journée avait pourtant bien commencé.
Partager cet article
Repost0

Besoin d'une bonne coupe.

Publié le par Bruno

Besoin d'une bonne coupe.

"L'arbre à cabane" des petits enfants ou plus exactement notre cerisier a pris pas mal d'envergure ces dernières années, il était temps d'envisager une taille "douce" pour limiter son expansion.

Fin décembre: c'est un peu tard me direz-vous pour tailler un cerisier qui ne voulait pas perdre ses feuilles cette année. Il aura fallu deux jours de gèle important en décembre pour commencer à le voir se dénuder.

 

Besoin d'une bonne coupe.
Besoin d'une bonne coupe.
Besoin d'une bonne coupe.

Opération "zéro déchet"

Les grosses branches coupées à 50 cm finiront dans la cheminée une fois le bois séché, quant aux rameaux, ils seront bientôt broyés pour devenir du BRF qui viendra amender la terre du jardin ou former des paillis sur les massifs de fleurs. Plusieurs articles sur le blog ont déjà relaté l'importance pour la terre de ces rameaux de bois fragmenté. L'incorporation de BRF apporte de la structure au sol et y entraîne le développement d'une chaine alimentaire complexe depuis l'apparition de champignons jusqu'aux vers de terre. L'action de ces derniers est très bénéfique : ils remontent tous les ans 2cm de terre à la surface, ils aèrent le sol et augmentent sa capacité de drainage. La formation d'humus est accélérée tandis que l'érosion des sols est fortement réduite.

Écologie pratique !
Écologie pratique !

Écologie pratique !

Bien rafraîchi notre cerisier !

Besoin d'une bonne coupe.

Et pendant ce temps, personne pour jouer à la balle...

Toujours avec mon chien !
Toujours avec mon chien !
Toujours avec mon chien !
Toujours avec mon chien !

Toujours avec mon chien !

Partager cet article
Repost0

Vous avez dit BRF ?

Publié le par Bruno

En route pour la saison des tailles diverses.
En route pour la saison des tailles diverses.

En route pour la saison des tailles diverses.

Tontes de pelouse, feuilles mortes, parties non consommées des plantes potagères, déchets de tailles d'arbres et d'arbustes, fleurs fanées... voilà ce qu'on appelle des déchets verts. S'ils sont produits en masse dans le jardin, ils ont l'avantage d'être tous valorisables. D'ailleurs, nos grands-parents ne parlaient pas de déchets : ils savaient réutiliser toute cette matière organique disponible et n'allaient pas s'approvisionner en engrais, terreau, paillis, tuteurs ou bois d'allumage à la jardinerie du coin, dont les rayons spécialisés se sont multipliés au fil des ans.

 

Vous avez dit BRF ?

Le jardin se prépare aussi en hiver.

Mieux que le compost, le bois raméal fragmenté. Les bois raméaux fragmentés, ou BRF, sont pour certains une révolution agronomique. Il s'agit d'apporter directement au sol de jeunes rameaux de feuillus broyés, issus de la taille de haies ou d’élagage. Une technique écologique et économique qui nous vient du Canada, dans les années 70. Le BRF, c’est la richesse de l’humus, cette terre très riche des forêts, dans son jardin, pour ses cultures, son potager. Il est à l'origine d'une importante production d’humus, amélioration très nette de la structure des sols, rendements accrus avec des effets prolongés sur trois ans, importante réduction des besoins en eau, moins de désherbage, de maladies et de ravageurs...

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.
Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

En fait, tout se passe comme si on reproduisait, en les accélérant, les processus en œuvre dans la formation de l’humus forestier. Les bois raméaux, extrémités des branches des arbres de diamètre inférieur à 8 cm, concentrent 80 % de tous les nutriments des arbres. La plupart de ces nutriments sont assez facilement dégradables. L’un d’eux, la lignine, matériau carboné qui assure la rigidité et la durabilité du bois, l’est beaucoup moins. Mais dans les petits rameaux, elle n’a pas encore acquis la stabilité qu’elle acquiert dans les plus grosses branches. Au contact du sol, après broyage des rameaux, cette lignine est rapidement attaquée par une famille de champignons, les basidiomycètes du sol, également appelés "pourriture blanche". Cette déconstruction de la lignine stimule considérablement la vie du sol en provoquant toute une série de transformations et elle produit de grandes quantités d’humus. L’utilisation directe des BRF permet de faire l’économie du processus du compostage, avec une efficacité supérieure puisqu’il n’y a ni montée en température, ni perte d’éléments.

Ici, une couche de 10 cm environ d'épaisseur pour garantir un accès "pieds propres"  au composteur durant l'hiver.
Ici, une couche de 10 cm environ d'épaisseur pour garantir un accès "pieds propres"  au composteur durant l'hiver.

Ici, une couche de 10 cm environ d'épaisseur pour garantir un accès "pieds propres" au composteur durant l'hiver.

Photos ci-dessous, du BRF réalisé en décembre, prêt à être utilisé dans le jardin en mars l'année suivante !

Vous avez dit BRF ?
Partager cet article
Repost0

C'est l'heure du goûter !

Publié le par Bruno

C'est l'heure du goûter !

Aussi loin que je me souvienne, le goûter a toujours été un moment important dans la journée de nos petits loulous.

Nul besoin de les prier à prendre place autour de la table.

Noam et Enzo, pour ne pas les nommer doivent avoir une horloge à la place de l'estomac.

A 16h tapantes, la cuisine est prise d'assaut. Heureusement Mamée a préparé un super gâteau avec les pommes du jardin.

Sacrée Mamée, à l'heure où l'on prend enfin tous vraiment conscience des questions environnementales et d'un retour nécessaire à l'idée de consommer local, de saison et autant que possible "fait maison," Marie s'inscrit bien depuis toujours dans l'air du temps. 

C'est l'heure du goûter !

La recette est ici !

 

C'est l'heure du goûter !

Ingrédients:

  • 10 cuillères à soupe bombées de farine
  • 8 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 6 cuillères à soupe de lait
  • 2 cuillères à soupe d'huile
  • 1 œuf
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure chimique
  • 6 belles pommes du jardin (off course)

Préparation:

Mélanger le tout, verser dans un moule à manquer (22 cm), préalablement beurré et fariné. Disposer dessus les pommes épluchées et coupées en quatre.

Cuire à 180°C jusqu'à ce que le dessus commence à dorer. 

Ingrédients pour la crème:

  • 160 gr de beurre
  • 200 gr de sucre en poudre
  • 2 œufs
  • 1 cuillère à soupe d'arôme de vanille liquide

Pendant ce temps, faire fondre les 160 gr de beurre. Mélanger les œufs entiers et le sucre, ajouter le beurre fondu et la vanille. Verser la crème obtenue sur le gâteau et remettre au four 20 à 25 minutes.

Sortir le gâteau du four et le couvrir pendant quelques minutes, il se démoulera plus facilement.

Trop bon !

C'est l'heure du goûter !
C'est l'heure du goûter !
Partager cet article
Repost0

Repos du guerrier, plus exactement des guerrières...

Publié le par Bruno

Les coccinelles asiatiques pullulent chez nous. Sentant la fin de la belle saison, elles se regroupent en nombre important avant de disparaitre pour l’hiver. Si elles font de l’ombre à leurs cousines européennes, ces coléoptères ne présentent pas de danger pour l’homme.

 

Les murs ton clair de la façade, attirent plus facilement les petits coléoptères. Ils sont ici agglutinés à la chaleur du soleil derrière un volet.

Repos du guerrier, plus exactement des guerrières...

Il est coutume de dire qu'une hirondelle annonce le printemps, un regroupement de coccinelles confirme l’arrivée de l’automne. Ces derniers temps, ces petits coléoptères ont été observés à de nombreuses reprises sur les murs de maisons exposés au soleil, dans les montants de fenêtres ou encore caissons de volet... Sentant la belle saison s’achever, ces insectes se regroupent dans des endroits tempérés avant de disparaitre avec l’hiver qui arrive.

Repos du guerrier, plus exactement des guerrières...

De véritables guerrières pour lutter contre les pucerons.

Les coccinelles sont les meilleures amies du jardinier.

Adulte, elle peut ingurgiter de 90 à 270 pucerons par jour, contre une cinquantaine pour ses cousines indigènes. Elle est encore plus vorace quand elle n’en est encore qu’au stade de larve. Sa fécondité élevée (jusqu’à 2.500 larves en une vie qui dure deux à trois ans) conjugué au fait qu’elle soit facile à nourrir en milieu artificiel ne font qu’ajouter à ses charmes : la petite bête, en plus d’être redoutablement efficace, a un coût de production bien moindre que sa cousine à deux points, l' adalia bipunctata également utilisée comme insecticide naturel.

Leurs larves sont vendues dans les jardineries pour lutter contre les pucerons qui envahissent plantes et fruitiers.

5000 variétés de coccinelles dans le monde et environ 900 sur le territoire français. (Source France Info: Anne-Corinne Moraine et Caroline Moreau)

5000 variétés de coccinelles dans le monde et environ 900 sur le territoire français. (Source France Info: Anne-Corinne Moraine et Caroline Moreau)

Enfin, que vous rencontriez une coccinelle en réalité ou en rêve, elle est généralement considérée comme un symbole de chance et de bonheur...

Ça va... nous sommes parés !

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>