Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cote jardin eco

Une technique de culture efficace.

Publié le par Bruno

L’idée selon laquelle les plants de pommes de terre doivent être enterrés pour bien produire semble une évidence à la plupart des jardiniers. (Photo archive 25 avril 2019)

Or ceci est faux. L’expérience prouve que les pommes de terre germent et poussent très bien lorsqu’elles sont déposées, en respectant quelques précautions, à la surface du sol et sous une couche de mulch. (Photo archive 23 juin 2019)

Lien ci dessous.

Une technique de culture efficace.
Une technique de culture efficace.

Des récoltes qui tombent à pic et bien appréciées de nos 5 petits vacanciers...

Une technique de culture efficace.
Une technique de culture efficace.
Une technique de culture efficace.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Le temps des récoltes.

Publié le par Bruno

"Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles" !


Edmond Rostand.

Le temps des récoltes.
Le temps des récoltes.
Le temps des récoltes.

Avec un thermomètre qui flirte avec les 30°C voire plus certains jours depuis plusieurs semaines, l'arrosage sélectif du jardin est devenu la corvée du soir, tant que les citernes ne seront pas à sec. Il n'est pas question d'utiliser l'eau du réseau... pour l'instant.

Le temps des récoltes.

Une terre de culture lourde et argileuse, nécessite quelques précautions pour la culture d'échalotes, d'oignons et de l'ail. Les trois craignent l'eau stagnante au pied du plant, mieux vaut donc biner la terre plutôt que d'arroser. Sur ce type de sol lourd, réaliser une petite butte lors de la plantation permettra un meilleur drainage et évitera ainsi que la maladie s'installe. (pourriture, mildiou)

Vous me direz que depuis 3 ans, de l'eau stagnante sur le sol argileux du jardin... je n'en vois pas beaucoup avec ces canicules qui semblent se répéter au fil du temps.

Une belle récolte à sécher puis à rentrer au sec. Attention, échalote comme oignon n'aiment pas les fumures fraîches.

Une belle récolte à sécher puis à rentrer au sec. Attention, échalote comme oignon n'aiment pas les fumures fraîches.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Vous avez dit permaculture ?

Publié le par Bruno

La canicule s'installe sur notre région cette semaine.

Au jardin, les pommes de terre ne devraient pas trop souffrir du manque d'eau. Une épaisse couche de végétaux disposée sur le plant en avril dernier devrait maintenir une humidité relative.

Vous avez dit permaculture ?

Quatre routes de pommes de terre le 25 avril dernier .

Vous avez dit permaculture ?

Le plant a été posé à même le sol, pas besoin de bêche ou plantoir, juste un cordeau pour tracer la route.

Le mulch disposé sur les pommes de terre est composé d'un mélange de fumier de cheval, de BRF, de compost et de nombreux sacs de tonte de gazon.

La récolte s'annonce prometteuse...

Vous avez dit permaculture ?
Vous avez dit permaculture ?

Publié dans Côté jardin éco, Photos

Partager cet article
Repost0

Il ne me reste plus qu'à attendre la pluie.

Publié le par Bruno

L'installation des pommes de terre au jardin est tout juste terminée. Même si les routes de tubercules sont maintenant en place depuis quelques semaines, il me restait la "finition" des buttes de protection contre le froid (les Saints de glace ne sont pas encore passés...)

La technique de permaculture expérimentée depuis trois ans me satisfait pleinement. ( voir article blog du 5 août 2018, lien ci-dessous). Une fois encore, le plant de pdt a été disposé à même la terre, recouvert ensuite d'un épais mulching, formé de feuilles mortes du jardin ramassées l'automne dernier, mélangé au BRF et à du fumier de cheval.

4 routes de 10 mètres disposées 6 avril dernier.

4 routes de 10 mètres disposées 6 avril dernier.

La technique est un peu longue et fastidieuse à mettre en œuvre mais dès lors, le travail est terminé jusqu'à la prochaine récolte. Elle me permet aussi de planter un plus grand nombre de tubercules sur une surface de terre plus réduite. Plus besoin de passer un outil entre les routes, plus besoin de désherber, les tontes de gazon étouffent la pousse éventuelle de mauvaises herbes, assurent une chaleur relative lors de gelées matinales de printemps et maintiennent l'humidité du plant en cas de sécheresse.

Plus tard, le terrain ainsi richement amendé accueillera ensuite les poireaux après la récolte des pommes de terre.

Merci à Patricia, Gérard et Christian pour les nombreux sacs de tontes de gazon (non traité). Un gros volume de déchets verts est nécessaire à cette technique de culture.

Merci à Patricia, Gérard et Christian pour les nombreux sacs de tontes de gazon (non traité). Un gros volume de déchets verts est nécessaire à cette technique de culture.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Le jardin se prépare aussi en hiver.

Publié le par Bruno

Mieux que le compost, le bois raméal fragmenté.

Les bois raméaux fragmentés, ou BRF, sont pour certains une révolution agronomique. Il s'agit d'apporter directement au sol de jeunes rameaux de feuillus broyés, issus de la taille de haies ou d’élagage. Une technique écologique et économique qui nous vient du Canada, dans les années 70. Le BRF, c’est la richesse de l’humus, cette terre très riche des forêts, dans son jardin, pour ses cultures, son potager. Il est à l'origine d'une importante production d’humus, amélioration très nette de la structure des sols, rendements accrus avec des effets prolongés sur trois ans, importante réduction des besoins en eau, moins de désherbage, de maladies et de ravageurs...

En fait, tout se passe comme si on reproduisait, en les accélérant, les processus en œuvre dans la formation de l’humus forestier. Les bois raméaux, extrémités des branches des arbres de diamètre inférieur à 8 cm, concentrent 80 % de tous les nutriments des arbres. La plupart de ces nutriments sont assez facilement dégradables. L’un d’eux, la lignine, matériau carboné qui assure la rigidité et la durabilité du bois, l’est beaucoup moins. Mais dans les petits rameaux, elle n’a pas encore acquis la stabilité qu’elle acquiert dans les plus grosses branches. Au contact du sol, après broyage des rameaux, cette lignine est rapidement attaquée par une famille de champignons, les basidiomycètes du sol, également appelés "pourriture blanche". Cette déconstruction de la lignine stimule considérablement la vie du sol en provoquant toute une série de transformations et elle produit de grandes quantités d’humus. L’utilisation directe des BRF permet de faire l’économie du processus du compostage, avec une efficacité supérieure puisqu’il n’y a ni montée en température, ni perte d’éléments.

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

Au jardin, la première difficulté consiste à produire ou à se procurer une quantité importante de BRF. La plupart des broyeurs à végétaux de jardin ne peuvent accepter des branches de diamètre supérieur à 4 cm. Et les apports recommandés par les initiateurs de cette technique sont très importants : 3 cm d’épaisseur sur toute la surface cultivée. A moins de posséder un grand jardin boisé ou de très longues haies, l’autoproduction avec un broyeur de jardin ne permettra pas d’apports aussi importants sur toutes les parties cultivées, d’autant qu’il faut exclure les branches de résineux. Plusieurs solutions :
- apports limités à quelques cultures (arbres et arbustes fruitiers, tomates, aubergines, rosiers…) selon les quantités produites sur place,
- apports alternés un an sur deux ou trois,
- apports moins importants (1 ou 2 cm) chaque année,
- ou encore achat de broyat de feuillus auprès d’un élagueur ou du service espaces verts de sa commune (pas facile car ils sont de plus en plus valorisés)

Il est préférable d’épandre les BRF peu après le broyage, à l’automne ou au début du printemps et de les incorporer rapidement à la couche superficielle du sol (5 premiers cm). En effet, le développement des champignons basidiomycètes peut provoquer des problèmes de "faim d’azote" (jaunissement, croissance ralentie) sur des végétaux plantés ou semés juste après l’incorporation des BRF : dans une première phase qui dure au moins un mois, les champignons prélèvent de l’azote dans le sol.

On peut également utiliser les BRF en mulch (couverture du sol) sans incorporation, notamment au pied des arbres et arbustes fruitiers, des rosiers et autres vivaces. Les effets fertilisants seront moins importants, le développement des champignons et la dégradation de la lignine se faisant de manière beaucoup plus progressive ; mais ce mulch assurera une excellente protection contre la sécheresse et réduira le développement des mauvaises herbes.

(Source: www.terrevivante.org)

Brf réalisé en décembre 2018.

Brf réalisé en décembre 2018.

Brf réalisé en Mars 2018, de l' humus s'est créé: une matière souple, saine, aérée, riche en carbone organique, qui absorbe et retient l’eau.

Brf réalisé en Mars 2018, de l' humus s'est créé: une matière souple, saine, aérée, riche en carbone organique, qui absorbe et retient l’eau.

Ci dessous, le mulch peut aussi permettre d'accéder par tous temps au composteur "les pieds au propre" .

Le jardin se prépare aussi en hiver.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>