Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recette de la semaine.

Publié le par Bruno

Nems poireaux du jardin et saumon.

Ingrédients :

- Poireau
- Huile d'olive
- Oignon rouge
- Sel
- Poivre
- Saumon
- Feuille de brick
- Fromage râpé

Ingrédients pour la sauce yaourt-ciboulette:

 200 gr de yaourt nature grec, 2 cuillères à café de jus de citron, 1 cuillère à café de moutarde, une petite poignée de persil haché et de ciboulette ciselée, une cuillère à soupe d'huile d'olive, sel et poivre du moulin.

Préparation :

1. Commencez par couper les poireaux en petits morceaux. Faites les revenir dans une poêle avec de l'huile d'olive, des oignons rouges, du sel et du poivre.

2. Coupez le saumon en petites lamelles puis disposez-les sur les feuilles de brick. Ajoutez le mélange de poireaux et d'oignons.

3. Déposez du fromage râpé sur le saumon puis roulez vos feuilles de brick pour en faire des nems. Passez le tout au four 10 minutes à 200°.

4. Trempez vos nems dans la sauce yaourt et ciboulette !

 

Bon appétit !

Recette de la semaine.

Publié dans Recette de la semaine

Partager cet article
Repost0

Le jardin se prépare aussi en hiver.

Publié le par Bruno

Mieux que le compost, le bois raméal fragmenté.

Les bois raméaux fragmentés, ou BRF, sont pour certains une révolution agronomique. Il s'agit d'apporter directement au sol de jeunes rameaux de feuillus broyés, issus de la taille de haies ou d’élagage. Une technique écologique et économique qui nous vient du Canada, dans les années 70. Le BRF, c’est la richesse de l’humus, cette terre très riche des forêts, dans son jardin, pour ses cultures, son potager. Il est à l'origine d'une importante production d’humus, amélioration très nette de la structure des sols, rendements accrus avec des effets prolongés sur trois ans, importante réduction des besoins en eau, moins de désherbage, de maladies et de ravageurs...

En fait, tout se passe comme si on reproduisait, en les accélérant, les processus en œuvre dans la formation de l’humus forestier. Les bois raméaux, extrémités des branches des arbres de diamètre inférieur à 8 cm, concentrent 80 % de tous les nutriments des arbres. La plupart de ces nutriments sont assez facilement dégradables. L’un d’eux, la lignine, matériau carboné qui assure la rigidité et la durabilité du bois, l’est beaucoup moins. Mais dans les petits rameaux, elle n’a pas encore acquis la stabilité qu’elle acquiert dans les plus grosses branches. Au contact du sol, après broyage des rameaux, cette lignine est rapidement attaquée par une famille de champignons, les basidiomycètes du sol, également appelés "pourriture blanche". Cette déconstruction de la lignine stimule considérablement la vie du sol en provoquant toute une série de transformations et elle produit de grandes quantités d’humus. L’utilisation directe des BRF permet de faire l’économie du processus du compostage, avec une efficacité supérieure puisqu’il n’y a ni montée en température, ni perte d’éléments.

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

Un broyeur acceptant des branches de 10 cm de diamètre engloutit sans peine les rameaux de feuillus.

Au jardin, la première difficulté consiste à produire ou à se procurer une quantité importante de BRF. La plupart des broyeurs à végétaux de jardin ne peuvent accepter des branches de diamètre supérieur à 4 cm. Et les apports recommandés par les initiateurs de cette technique sont très importants : 3 cm d’épaisseur sur toute la surface cultivée. A moins de posséder un grand jardin boisé ou de très longues haies, l’autoproduction avec un broyeur de jardin ne permettra pas d’apports aussi importants sur toutes les parties cultivées, d’autant qu’il faut exclure les branches de résineux. Plusieurs solutions :
- apports limités à quelques cultures (arbres et arbustes fruitiers, tomates, aubergines, rosiers…) selon les quantités produites sur place,
- apports alternés un an sur deux ou trois,
- apports moins importants (1 ou 2 cm) chaque année,
- ou encore achat de broyat de feuillus auprès d’un élagueur ou du service espaces verts de sa commune (pas facile car ils sont de plus en plus valorisés)

Il est préférable d’épandre les BRF peu après le broyage, à l’automne ou au début du printemps et de les incorporer rapidement à la couche superficielle du sol (5 premiers cm). En effet, le développement des champignons basidiomycètes peut provoquer des problèmes de "faim d’azote" (jaunissement, croissance ralentie) sur des végétaux plantés ou semés juste après l’incorporation des BRF : dans une première phase qui dure au moins un mois, les champignons prélèvent de l’azote dans le sol.

On peut également utiliser les BRF en mulch (couverture du sol) sans incorporation, notamment au pied des arbres et arbustes fruitiers, des rosiers et autres vivaces. Les effets fertilisants seront moins importants, le développement des champignons et la dégradation de la lignine se faisant de manière beaucoup plus progressive ; mais ce mulch assurera une excellente protection contre la sécheresse et réduira le développement des mauvaises herbes.

(Source: www.terrevivante.org)

Brf réalisé en décembre 2018.

Brf réalisé en décembre 2018.

Brf réalisé en Mars 2018, de l' humus s'est créé: une matière souple, saine, aérée, riche en carbone organique, qui absorbe et retient l’eau.

Brf réalisé en Mars 2018, de l' humus s'est créé: une matière souple, saine, aérée, riche en carbone organique, qui absorbe et retient l’eau.

Ci dessous, le mulch peut aussi permettre d'accéder par tous temps au composteur "les pieds au propre" .

Le jardin se prépare aussi en hiver.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

L'intelligence de nos chiens nous surprendra toujours !

Publié le par Bruno

Techniquement, Isis n'est pas sur le canapé !

L'intelligence de nos chiens nous surprendra toujours !
L'intelligence de nos chiens nous surprendra toujours !

Interdit de monter sur le canapé, elle a trouvé la parade parfaite. Sacrée Isis !

Publié dans Isis

Partager cet article
Repost0

Il était une fois... suite et fin. L'installation de Pinocchio dans la cabane perchée.

Publié le par Bruno

L'idée de réaliser un bonhomme en bois, que l'on installerait comme gardien à la porte de la cabane dans le cerisier, a tout de suite intéressé nos menuisiers en herbe, fort inspirés par l'histoire du fameux Pinocchio, histoire qu'ils connaissent bien.

Aussi restait-il encore à Enzo, la tâche de protéger Pinocchio des intempéries en le "badigeonnant" copieusement de plusieurs couches de vernis hydrofuge. C'est fait !

Toujours assidu aux séances d'atelier peinture !
Toujours assidu aux séances d'atelier peinture !

Toujours assidu aux séances d'atelier peinture !

Le jour de l'installation sur le bord de la cabane perchée. Bravo les loustics, pas de danger que Pinocchio s'envole avec le vent...

Il était une fois... suite et fin. L'installation de Pinocchio dans la cabane perchée.
Partager cet article
Repost0

Bonne année !

Publié le par Bruno

Chaque nouvel An est aussi un nouvel élan, un nouveau départ. Chaque nouvelle année, une promesse de bonheur...

Les sourires de nos cinq petits enfants pour chasser les soucis, de la confiance pour faire disparaitre les doutes, les gourmandises de Marie pour croquer la vie.

Bonne année !

Que 2019 apporte à chacun son lot de joies, d'amour et de chance qui embelliront votre vie et qu'elle soit l'année de toutes les réussites pour vous et les vôtres.

J'en profite pour remercier particulièrement et chaleureusement celles et ceux qui me laissent de sympathiques commentaires qui me vont toujours droit au cœur et m'encouragent dans la poursuite du blog.

Marie et moi vous souhaitons une excellente année 2019.

Publié dans Voeux

Partager cet article
Repost0