Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recette de la semaine.

Publié le par Bruno

Recette de la semaine.

Petit voyage au Portugal cette semaine, avec une recette que nous propose notre amie Sonia.

Carne Alentejana ou émincé de porc aux coques !

Ingrédients pour 4 personnes:

1 filet mignon (ou épaule de porc)
1 kg de palourdes et ou coques
3 gousses d’ail pilées
3 ou 4 c à s de gros sel, 1 feuille de laurier
quelques branches de coriandre +2 branches de persil
2 à 3 c à s de pâte de poivrons rouges (ou paprika doux)
Sel, poivre
1 petit verre de Porto
1 petit verre de Cognac
quelques gouttes de Tabasco
1 oignon + 1 pour les palourdes
½ bouteille de vin blanc sec
2 à 3 c à s de saindoux
1 à 3 c à s d’huile d’olive extra vierge
1 kg de pommes de terre coupées en dés

Préparation:

La veille ou au plus tard 4h avant, découper la viande en dés et mariner les avec 2 c à s de paprika, ou la pâte de poivron, une gousse d’ail, sel, poivre, laurier, Tabasco, coriandre, persil et le vin blanc, mélanger bien, couvrir et ranger au frais.
Le jour suivant :
Avec 3 c à s de gros sel, faire dégorger 1h ou 2 les palourdes et laver les soigneusement afin d’enlever tout le sable.
Égoutter la viande, réserver la marinade.
Dans une cocotte faire chauffer le saindoux et 2 c à s d'huile d’olive, faire dorer la viande, ajouter l’oignon haché, laisser prendre couleur en remuant de temps en temps.
Verser la moitié de la marinade dessus et couvrir. Laisser mijoter environ 15 minutes ( ajouter un peu de marinade si besoin en cours de cuisson.)
Peler, laver les pommes de terre, les couper en dés puis les faire frire.
Dans une casserole, mettre les palourdes à cuire 2 à 3 mn , elles vont s’ouvrir et rejeter leur eau.
Les égoutter, remettre la casserole sur le feu, ajouter 1 c à s d’huile d’olive et 1 oignon haché. Laisser prendre couleur, poivrer, déglacer avec un verre de vin blanc, réduire un peu, ajouter le Porto puis le Cognac, mélanger et cuire 1minute.

Verser le tout sur la viande, mélanger, cuire à nouveau 1mn. Mettre la préparation dans un plat creux et mélanger le tout avec les pommes de terre. Saupoudrer le plat avec la coriandre hachée.

Servir chaud.

Recette de la semaine.

bom apetite !

Publié dans Recette de la semaine

Partager cet article
Repost0

Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….

Publié le par Bruno

 Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….

Coupe de printemps.

Le magnifique tilleul de la Mairie avait besoin d'un bon élagage, son envergure depuis quelque temps devenait un peu envahissante tant par rapport aux bâtiments qu'au voisinage immédiat.

L’élagage peut s’effectuer tout au long de l’année mais il faut savoir qu’il a un effet différent selon qu’il est réalisé en hiver ou après le printemps. Il consiste à dépouiller un arbre des branches superflues, gênantes ou dangereuses, pour assurer la sécurité des usagers, maîtriser la silhouette de l’arbre et préserver sa santé.

Si vous décidez d’effectuer vos travaux d’élagage en hiver, comme c’est la tradition, les réserves naturelles de l’arbre seront préservées, l’arbre étant à ce moment en repos végétatif. En revanche, il risque de ne pas pouvoir mettre en place de défenses naturelles immédiatement et les plaies resteront à vif jusqu’au printemps suivant. Il faut donc bien prendre en compte ces paramètres en fonction de la nature de l’arbre concerné.

A l’inverse, si vous choisissez de faire tailler vos arbres en vert (pendant la période où l’arbre a des feuilles), la circulation de sève permettra à l’arbre de mettre en place rapidement un système de défense naturelle contre les agressions par les champignons au niveau de la plaie. L’arbre aura ainsi pu cicatriser avant l’hiver. Par ailleurs, l’avantage de tailler en vert est que cela permet une meilleure vision de l’aspect esthétique de l’arbre.

La meilleure façon d’élaguer reste d’anticiper la plantation de l’arbre en réfléchissant à la forme et à la taille qu’il aura adulte.

 Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….
 Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….
 Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….
Beau travail Monsieur Duhautoy, réalisé en 1heure de temps...
Voilà une profession passionnante réalisée par des passionnés soucieux d’embellir l’arbre, de lui garder une bonne santé, chaque chantier est un défi nouveau, un challenge pour un métier à haut risques.
 Arboriste grimpeur : plus qu’un métier, un art ….

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Remaucourt-Loisirs, la première randonnée pédestre de l'année se prépare ...

Publié le par Bruno

Mon patois est surtout phonétique !!!

Mon patois est surtout phonétique !!!

Circuit nature d'une dizaine de kilomètres que nous proposent Christian et Blandine ! On se prépare ... pour le 15 Mars !
Partager cet article
Repost0

L'envol du héron.

Publié le par Bruno

L'envol du héron.

Sortie nature du matin, appareil photo dans une main et Isis de l'autre, j'espérais bien trouver une ou deux aigrettes posées dans la pâture devant le château de la Louve Blanche. Bien sur, pas l'ombre d'une aigrette ce matin, à défaut un héron qu' Isis a apeuré... Envol immédiat !

L'envol du héron.
L'envol du héron.
L'envol du héron.
L'envol du héron.

Isis ne semble pas comprendre pourquoi le héron s'est envolé !

L'envol du héron.
C'est le plus grand de nos hérons et certainement celui qui nous est le plus familier. Pourtant il nous est inconnu sur bien des points.

Carte d'identité du héron:

Ordre : Pélécaniformes
Famille : Ardéidés
Durée de vie : 25 ans.

De la même famille que les cigognes, les hérons cendrés ont un cou allongé, un bec puissant et pointu de couleur jaune et de longues pattes, elles aussi de couleur jaune.
Le héron cendré possède une excellente vue panoramique latérale et une très bonne vision binoculaire frontale.
Son ouïe, également très développée, le fait réagir aux moindres bruits suspects.
Les mâles et les femelles sont identiques.
Le héron cendré présente un plumage à dominante grise. Les jeunes ont une livrée plus terne : le dos est gris-brunâtre, le cou est gris et le ventre est blanc rayé noir. Ils n'ont pas de huppe et acquièrent leur plumage d'adulte à l'âge de deux ans.
Leur taille varie entre 90 et 98 cm. Leur envergure se situe entre 175 et 195 cm, et leur poids entre 600 et 1 200 g.

Le héron vole lentement avec le cou replié. Ce qui l'oppose aux cigognes, aux grues et aux spatules qui étendent leur cou en volant.

Le cri du héron est un fort croassement : "fraaank". Le plus souvent émit pour marquer leur territoire à l'adresse de leur congénère.

Le héron cendré se perche communément dans de grands arbres le long des étangs. Il fréquente tous les milieux humides et peu profonds. C'est un migrateur partiel qui ne se déplace généralement pas au-delà de 500 kilomètres ; le héron a un territoire peu étendu. Certains sujets demeurent même sédentaires.

Les hérons cendrés se reproduisent de février à juillet. Le héron construit un très grand nid en hauteur. Il niche en grandes colonies, appelées héronnières, au sommet des arbres, aux bords des lacs et des rivières. La femelle dépose de 3 à 5 œufs gris-bleus parfois teintés de roux.
L'incubation a lieu au mois d'avril. Les œufs sont couvés alternativement par les deux parents durant environ 26 jours.
Les jeunes prennent leur envol après 50 jours et quittent le territoire des parents au bout de 8 à 9 semaines.

Le héron pêche à l'affût. Il peut rester immobile pendant de très longs moments, debout, à guetter une opportunité. Lorsqu'une proie passe à sa portée, d'un coup de bec fulgurant, il est capable de se saisir de poissons allant jusqu'à plus de 500 grammes.
Son régime alimentaire se compose également de batraciens, de reptiles, de crustacés, de petits mammifères (musaraignes, campagnols, mulots, rats), d'oiseaux et même de végétaux (bourgeons). Le héron cendré ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques terrestres et aquatiques. Il peut digérer les arêtes mais il n'en est pas de même pour les poils de rongeurs qu'il rejette par le bec sous forme de pelotes.

Cri du héron cendré:

<iframe src="https://www.opendrive.com/listen/MF83MjU5NDU3NF8wWkdqUQ" height="25" width="297" style="border:0" scrolling="no" frameborder="0" allowtransparency="true"></iframe>

<iframe src="https://www.opendrive.com/listen/MF83MjU5NDU3NF8wWkdqUQ" height="25" width="297" style="border:0" scrolling="no" frameborder="0" allowtransparency="true"></iframe>

Publié dans Flore et faune

Partager cet article
Repost0

Recette de la semaine

Publié le par Bruno

Recette de la semaine

Quiche aux poireaux et Morbier !

Tarte express pour cuisinier(e) pressé(e), la quiche aux poireaux utilise les légumes du jardin et s'accompagne d'un excellent Morbier au goût parfumé...

Préparation: 15 minutes, Cuisson: 35 minutes.

Pour 4 personnes:

200g de Morbier en lamelles fines, une pâte brisée, 800g de poireaux, 2 œufs et un jaune, 30 cl de crème fraiche, 40g de beurre, sel et poivre.

Éplucher les poireaux en éliminant le vert foncé. Les laver et les couper en rondelles. Les faire dorer dans le beurre une dizaine de minutes. Dans un bol, casser 2 œufs et 1 jaune. Fouetter avec la crème, saler et poivrer.

Dérouler la pâte dans un moule à tarte beurré et piquer le fond avec une fourchette. Choisir les 5 lamelles de Morbier les plus belles et les réserver. Tapisser le fond avec les lamelles restantes et recouvrir avec les poireaux. Verser la préparation avec les œufs et la crème dessus et poser les 5 lamelles de Morbier en étoile sur la surface de la quiche.
Préchauffer le four à 180° et cuire pendant 35 minutes.

Bon appétit !

Recette de la semaine

Publié dans Recette de la semaine

Partager cet article
Repost0