Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils sont passés très vite...

Publié le par Bruno

Il était aux environs de 12h30 lorsque que le peloton groupé du 114 ème Paris-Roubaix, traversait le hameau de Bellecour sous un beau soleil de printemps dans une campagne rendue lumineuse par les nombreux champs de colza en fleurs à cette période de l'année.

Excellente météo malgré un vent modéré pour les coureurs, routes propres et sèches en direction du Nord et de ses célèbres pavés... (52,8 km d'enfer) pour une grande classique cycliste de 257,5 km cette année.

La caravane publicitaire en approche !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

Des spectateurs sur le bord de la route et même dans les airs !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

Attention au radar routier dans la descente... vitesse limitée !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

Les coureurs approchent et semblent bien groupés !

La traversée de Bellecour, les coureurs sont encouragés par le premier magistrat de la commune, entourée des siens !
La traversée de Bellecour, les coureurs sont encouragés par le premier magistrat de la commune, entourée des siens !
La traversée de Bellecour, les coureurs sont encouragés par le premier magistrat de la commune, entourée des siens !

La traversée de Bellecour, les coureurs sont encouragés par le premier magistrat de la commune, entourée des siens !

A peine le temps de relever le nez ! le peloton surgit de Bellecour !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

En quelques secondes les coureurs passent à trente centimètres de nous; Isis enfermée dans la voiture pour l'occasion !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

Soudain une envie irrésistible de les suivre....en moto bien sûr !

Ils sont passés très vite...
Ils sont passés très vite...

Je ne résiste pas à l'envie de poster cette dernière photo de notre campagne.

Encore quelques jours et les fleurs de colza seront toutes jaunes et le feuillage du bosquet vert tendre... Un tableau qui pourrait inspirer nos artistes Annie et Martine.

Encore quelques jours et les fleurs de colza seront toutes jaunes et le feuillage du bosquet vert tendre... Un tableau qui pourrait inspirer nos artistes Annie et Martine.

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

La recette du véritable bonbon des Vosges.

Publié le par Bruno

La recette du véritable bonbon des Vosges.

Le 1er Avril dernier, je vous proposais un article sur le recueil de sève de pin en vous précisant que très prochainement, je vous donnerai la recette du véritable bonbon des Vosges...

Profitant d'un après midi pluvieux, la visite en compagnie de nos petits enfants, de la Confiserie des Hautes Vosges de Plainfaing s'imposait.

Entreprise familiale depuis le 1er Janvier 1986, suite au rachat de la Confiserie des Images d’Épinal créée en 1952, l'entreprise produit aujourd'hui 1200 kg par jour de ces célèbres bonbons.

Elle accueille dans ses laboratoires de production plus de 180 000 visiteurs par an.

31 sortes de bonbons sont fabriquées dans ces ateliers artisanaux, particulièrement les célèbres bonbons des Vosges ainsi que les Bergamotes de Nancy, myrtilles, framboises, violettes, bourgeon de sapin des Vosges, coquelicots, amandes grillées et autres spécialités...

Il faut aussi indiquer qu'après une visite guidée fort intéressante, riche en découvertes et exceptionnelle sur le plan olfactif, une dégustation gratuite des différentes confiseries est proposée aux petits comme aux grands...

Laboratoire de fabrication des bonbons à l'eucalyptus (parfum du jour).

La cuisson se fait dans des chaudrons en cuivre chauffés au gaz. Pour la fabrication d'une bassine, il faut tout d'abord 3 litres d'eau auxquels on ajoute 14 kg de sucre.

Un clic ur les photos pour les agrandir!
Un clic ur les photos pour les agrandir!Un clic ur les photos pour les agrandir!

Un clic ur les photos pour les agrandir!

Arrivée à 100°c, on ajoute le sirop de glucose sur un tamis calibré qui le diffusera en pluie fine dans le chaudron.

Le mélange est porté à 145°c, on l'appelle "cuisson au grand cassé".

Sirop de glucose dans les mains du confiseur, versé ensuite sur le tamis du chaudron.Sirop de glucose dans les mains du confiseur, versé ensuite sur le tamis du chaudron.

Sirop de glucose dans les mains du confiseur, versé ensuite sur le tamis du chaudron.

Le chaudron est ensuite versé sur une table chauffé par circuit d'eau.

La recette du véritable bonbon des Vosges.La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

Une fois la pâte versée on y ajoute les arômes ou les essences naturelles et si nécessaire du colorant alimentaire.

La recette du véritable bonbon des Vosges.La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

La pâte est retournée jusqu’à obtenir un mélange homogène.

La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

La pâte, malaxée à main nue, est transportée vers les cylindres adaptés aux différentes formes de bonbons.

La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

Les plaques de bonbons encore chaudes sont ensuite refroidies progressivement sous de gros ventilateurs avant d'être immergées dans l'eau froide, égouttées puis passées dans du sucre cristallisé avant un premier emballage provisoire destiné à l'atelier de conditionnement.

La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

Le labo de conditionnement, autrement dit "les casse- bonbons".

Certainement un poste de travail difficile, le casse-bonbon prépare et conditionne jusque 150 kg de confiserie par jour.

La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.La recette du véritable bonbon des Vosges.
La recette du véritable bonbon des Vosges.

Une visite bien intéressante qui a plu aux petits comme aux grands!

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Une idée déco originale...

Publié le par Bruno

Si vous possédez de vieux pots de fleurs en terre cuite et que vous ne sachiez quoi en faire, voici une idée originale pour les réutiliser à nouveau.

Une idée déco originale...
Une idée déco originale...

Photos prises de réalisations trouvées au détour d'un petit village des Vosges.

Une idée déco originale...

Une idée brillante et décorative pour donner une seconde vie à nos vieux pots de fleurs !

Publié dans Trucs et astuces

Partager cet article
Repost0

Recette de la semaine.

Publié le par Bruno

Recette de la semaine.

La Tofaille des Vosges

Les ingrédients :

(pour 8-10 personnes)

- 3 bons kg de pommes de terre "Charlotte"
- 2 bons kg de collet fumé (porc)
- 20 fines tranches de lard fumé
- 1 bel oignon
- 1 poireau
- 50 cl de crème fraîche
- 25 cl de vin d'Alsace (Edelzwicker)
- poivre (pas de sel)

- 1 bouteille de pinot noir (vin d'Alsace)

Préparation:

Éplucher et laver 3 bons kg de pommes de terre crues et les émincer en rondelles. Émincer un oignon, et un poireau.

Dans une grande cocotte en terre, couvrir le fond de fines tranches de lard fumé, dont on aura enlevé la couenne. Couvrir d'une bonne couche de pommes de terre émincées. Puis disposer le collet fumé coupé en tranches de 1,5 cm d'épaisseur. Couper les tranches en deux si elles sont trop grandes.

Parsemer la viande avec le poireau émincé, et rajouter une couche de pomme de terre pour bien remplir la terrine.

Couvrir l'ensemble avec les rondelles d'oignon et une dizaine de fines tranches de lard coupées en deux. Poivrer. Ne pas saler...

Arroser le tout avec 50 cl de crème fraîche et 25 cl de vin blanc d'Alsace (un edelzwicker fera l'affaire, à défaut on prendra un pinot blanc ou un riesling). Couvrir et mettre au four pour 3 heures environ. Four à 200 ° pendant 1 heure, puis baisser à 180°.

Bon à savoir : il est inutile de saler, car le lard et le collet fumé apporteront le nécessaire en sel.

Servir avec une salade verte. En accompagnement, un pinot noir sera parfait...

Bon appétit !

Bon appétit !

Publié dans Recette de la semaine

Partager cet article
Repost0

Le frelon asiatique à nos portes.

Publié le par Bruno

Il a le thorax brun noir et le quatrième segment est presque entièrement jaune orangé. Tandis que le frelon européen a le corps recouvert de tâches rousses, noires et jaunes avec un abdomen entièrement jaune rayé de noir.

En Europe, il n'existe pas de prédateurs ou de régulateurs de ce frelon.

Le frelon asiatique à nos portes.

Dans un article récent paru dans la presse locale (l'Aisne Nouvelle publié le 27 Mars 2016 de Lucie Lefebvre), les apiculteurs invitent les Axonais à contribuer à l'élaboration d'une cartographie de l'invasion du frelon asiatique dans le département.

"Le président des apiculteurs de l’Aisne rappelle que depuis six mois on n’est plus dans l’abstrait : un nid a en effet été identifié à l’ouest de Saint-Quentin. Un spécimen a été envoyé au Muséum d’histoire naturelle, ce qui a confirmé les craintes des Axonais".

Historique de l'invasion:

" La première reine est arrivée par bateau dans le sud de la France, au milieu d’un lot de poteries en provenance de Chine. Aujourd’hui, on estime que 90 % du territoire est envahi, l’Allemagne et la Belgique le sont aussi. Si on ne fait rien, il y aura des centaines de nids et il sera trop tard."

Chacun peut donc participer au piégeage et au signalement de ces indésirables en réalisant un piège à frelons dans son jardin. Plus il y aura de relais sur le territoire, plus cette cartographie sera fiable.

Les essaims sont particulièrement repérables, ils se situent souvent à la cime des arbres et peuvent atteindre jusqu'à un mètre de diamètre. La destruction du nid doit être exclusivement réalisée par un professionnel et reste à la charge du propriétaire de l'arbre colonisé.

Photo  blog JP33.

Photo blog JP33.

Le frelon asiatique est un mangeur d'abeilles (jusqu'à 80 par jour et par individu) et reste très dangereux pour l'homme. "Ils piquent, comme les frelons européens, mais ont aussi la particularité de projeter leur venin, dans les yeux par exemple". Ils sont responsables d' une dizaine de décès en France chaque année.

"Les abeilles pollinisent 80 % des cultures à fleurs, arbres fruitiers, tomates et autres. S’il n’y a plus d’abeilles, toutes ces productions seront en péril".

Comment fabriquer un piège à frelon asiatique avec peu de matériel:

Des pièges simples peuvent être réalisés à partir de deux bouteilles en plastique vide coupées ( voir photo ci-dessous) et fixée par deux agrafes pour faire entonnoir ainsi que de deux abaisse-langues.

Au fond de cette bouteille, versez en quantité égale:

  • de la bière brune de préférence
  • du vin blanc (qui repousse les abeilles)
  • du sirop (cassis ou framboise, ...)

Emplacements privilégiés, de préférence au soleil : arbres fruitiers, haies fleuries, vignes, abords des points d'eau. Il peut également être placé sur un balcon.

Idéalement, il faudrait repérer les nids au printemps avant que les arbres aient mis leurs feuilles. Les détruire dès le printemps élimine les dégâts. Les éradications avant septembre éliminent le risque de multiplication pour l'année suivante.

Pour préserver l'écosystème, mobilisons-nous avec les apiculteurs pour lutter contre la prolifération du frelon asiatique.

Sur cette photo, l'abaisse langue permet aux petits insectes de sortir du piège, (orifice de sortie 5 mm en bas) et (orifice du haut 9 mm)

Sur cette photo, l'abaisse langue permet aux petits insectes de sortir du piège, (orifice de sortie 5 mm en bas) et (orifice du haut 9 mm)

"Lorsqu'une première reine frelon sera prise au piège, laissez-la à l'intérieur afin que ses phéromones attirent d'autres reines. Si elle ne meure pas, vous pouvez passer votre piège 10 secondes au micro-onde, ou le congeler une heure afin de l'endormir, puis la découper avec des ciseaux.
Notons que le piégeage reste critiqué par certains biologistes, qui estiment qu'il faudrait développer un appât phéromonal, encore plus sélectif. Solution pour laquelle la recherche est embryonnaire, notamment du fait d'un manque de moyens dédiés.
Si vous découvrez un nid, n'hésitez pas à le signaler à travers ce formulaire du Muséum National d'Histoire Naturelle pour le cartographier, ainsi qu'à votre mairie pour l'éliminer."

(Source: Jean-Jacques Valette, journaliste à We Demain.)

Publié dans Flore et faune

Partager cet article
Repost0