Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

decouverte

Bienheureuse Pixelle. (3)

Publié le par Bruno

Un cadre magnifique pourvu que la météo soit au rendez-vous...

Panorama au col de la Schlucht. Un clic sur la photo pour l'agrandir.

Panorama au col de la Schlucht. Un clic sur la photo pour l'agrandir.

Randonner avec son chien: quel bonheur même si quelques précautions sont de mise. Certains trajets sont à éviter, notamment les sentiers de montagne trop escarpés pour des raisons de sécurité évidentes ou encore le passage de certains ponts de bois quand le tablier de rondins humides sont trop espacés pour les pattes de nos compagnons... (risque de glisser et de se briser une patte)

Éviter aussi les zones avec des chiens de protection des troupeaux, qui ne sont pas toujours très amicaux avec leurs congénères. Isis avait eu une belle peur lors d'une rencontre fortuite avec un patou, nous aussi d'ailleurs.

Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)

Penser aussi à inspecter son chien au retour de la randonnée, bien vérifier les coussinets des pattes mis à rude d'épreuve avec les kilomètres parcourus sur un sol accidenté, granitique, les ronces etc... coussinets qui peuvent souvent être le siège de lésions traumatiques pour nos compagnons à quatre pattes.

Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)

Pour les maitres, de bonnes chaussures montantes de randonnée, indispensables. Les Vosges: ça grimpe ! 

Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)

Trop amusant de courir en liberté avec cette branche de sapin.

Heureuse Pixelle.
Heureuse Pixelle.
Heureuse Pixelle.

Heureuse Pixelle.

Elles sont belles les Vosgiennes au regard si doux !

Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)
Bienheureuse Pixelle. (3)

De l'abandon au renouveau.

À les voir si sympathiques et guillerettes devant l'objectif, on n’imagine pas qu'elles reviennent de loin : au cours du XXe siècle, la race vosgienne, dont l’implantation dans le massif des Vosges est très ancienne, a quasiment disparu sous l’effet des guerres, de la recherche de productivité et de la simplification du schéma d’élevage français. En 1900, on estimait sa population à 125 000 têtes. Dans les années 1960 et 1970, elle était descendue au-dessous de 3000 !

En 1977, plusieurs éleveurs passionnés, soucieux de sauver cette race montagnarde à la santé de fer, mirent en place un plan de relance. Pari réussi : on compte aujourd’hui 10 000 animaux de race vosgienne, tous âges et sexes confondus. Cela reste un petit effectif, mais la race séduit de plus en plus d’éleveurs grâce à sa rusticité.

J'aime la Vosgienne.
J'aime la Vosgienne.
J'aime la Vosgienne.

J'aime la Vosgienne.

Petite mais costaude !

La vache vosgienne est trapue mais dotée de membres fins et solides. Avec des yeux vifs cerclés de noirs, son caractère affable et sa sociabilité à toute épreuve, elle est très attachante.  Sa robe originale est noire et blanche, mouchetée, avec deux bandes blanches sur le dos et le ventre.

Rustique, d’une robustesse exceptionnelle, c’est une excellente marcheuse, y compris sur les reliefs difficiles. Peu sensible aux variations de température et au stress, elle est parfaitement adaptée à la montagne. Enfin, sa longévité, sa fécondité et sa capacité de vêlage sont remarquables.

Un lait de grande qualité.

La production annuelle de la vosgienne, d’environ 4000 litres de lait, ne peut pas rivaliser avec celle des races à gros effectif sélectionnées pour leurs performances laitières. Mais son lait, comme celui de toutes les montagnardes françaises, est réputé pour sa qualité. Il est particulièrement adapté à la fabrication de l’un des fleurons du terroir vosgien : le munster fermier. (Sources Milk planet)

Partager cet article
Repost0

Bienheureuse Pixelle. (2)

Publié le par Bruno

Direction la cascade de la Pissoire !

Nous sommes partis du village du Haut-du-Tôt, village le plus haut des Vosges perché à 827 mètres d'altitude. Un circuit de 8 kilomètres sur de larges chemins forestiers qui nous amènent à la cascade de la Pissoire, puis à la table d'orientation en passant par la Croix des Hêtres. Le circuit moins escarpé que le précédent, nous permet de laisser courir Pixelle en toute sécurité... Direction les chutes du Zambèze !

Etoiles de Marie ou Campanules sauvages des prairies.
Etoiles de Marie ou Campanules sauvages des prairies.
Etoiles de Marie ou Campanules sauvages des prairies.

Etoiles de Marie ou Campanules sauvages des prairies.

Nichée au cœur de la forêt, cette cascade est modeste mais ravissante avec ses petits ponts de bois ! Une particularité est à signaler : c'est le ruisseau du Blancfaing qui alimente la cascade mais après celle-ci, il prend le nom de ruisseau de la Pissoire.

Des sentiers toujours bien balisés. 

Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)

De beaux paysages tout au long de la randonnée.

Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)

Magnifique Pixelle, elle profite un maximum de cette liberté. Elle aussi, court toujours, infatigable comme Ambre ou Isis. Un chien éduqué sera toujours plus heureux, plus libre. Il reste néanmoins encore beaucoup de travail d'éducation.

Quand la belle a lancé sa fougue dans des courses effrénées, arrive le moment de l'éducation avec des séances d'une dizaine de minutes à base d'exercices ( les "assis couchés", le rappel au pied, avec leurs lots de récompenses, (caresses et friandises)..."    

Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)

La cascade bientôt en vue.

Bienheureuse Pixelle. (2)

La récompense est au bout du chemin.

La cascade coule mais son débit est moindre après les grandes périodes de sécheresse des mois précédents. De nombreux sapins épicéas meurent dans les massifs Vosgiens à cause du manque d'eau de ces dernières années.

Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)

Et c'est reparti...

Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)
Bienheureuse Pixelle. (2)

Le soir, je suis K.O !

Quelle vie de chien !
Quelle vie de chien !
Quelle vie de chien !

Quelle vie de chien !

Partager cet article
Repost0

Bienheureuse Pixelle. (1)

Publié le par Bruno

Retour en images.

Courir, courir en liberté, explorer de nouveaux endroits, de nouveaux terrains de jeux, voilà un programme fort intéressant pour un chiot. Dommage que la météo ne fût pas toujours au rendez-vous...

Bienheureuse Pixelle. (1)

Descente dans le trou de l'enfer !

 

Le territoire boisé de la commune de Le Tholy dans les Vosges s'étend sur plusieurs massifs et recèle de nombreux chemins de randonnées bien balisés. Le sentier du Trou de l'Enfer a été un formidable chemin de randonnée à tester avec Pixelle fermement tenue en laisse sur certains tronçons du petit sentier empierré. Après quelques mètres un peu difficiles, le spectacle est impressionnant.

Bienheureuse Pixelle. (1)
Bienheureuse Pixelle. (1)
Bienheureuse Pixelle. (1)
Bienheureuse Pixelle. (1)
Bienheureuse Pixelle. (1)

La légende du Trou de l’enfer.

Descente en enfer !

Descente en enfer !

L’histoire s’est déroulée il y a fort longtemps, supposément au Moyen Âge. Elle parle d’un musicien, plus précisément, d’un joueur de violon. Cet homme, habitué à être demandé lors de gros festins ou des mariages pour jouer de son instrument rentre justement d’une noce. Il est tard, la nuit est tombée, au loin se dessine sous une nappe de brouillard une forme humaine. L’homme d’allure étrange s’avance vers notre musicien, et profite de l’occasion pour lui demander d’animer le bal qu’il organise le lendemain. Afin de le rassurer de sa bonne foi et de son engagement, l’homme donne une pièce d’or à notre bon musicien.

A l’aurore, après une nuit agitée, le violoniste, douteux,  s’empresse de trouver le curé du village afin de lui demander conseil. L’homme d’église lui répond qu’il doit respecter le marché, mais il lui recommande de jouer le Veni Creator* s’il veut se rassurer.

Le musicien prépare alors ces affaires, l’heure approche, et il y a du chemin. Mais sans savoir comment, en l’espace d’une seconde, il atterrit au beau milieu de la salle immense d’un château. Inquiet mais courageux, il joue de son instrument pour accompagner le bal, et tous les participants s’en trouvent ravis.

Après quelques heures à jouer, pris de fatigue et de lassitude, le musicien se rappela des propos du curé, et pour clôturer le bal, il entonne le Veni Creator. Dès cet instant, tout disparu. Plus de château, plus d’invités, plus de tables ni de chaises, et encore moins de bons gros plats. Notre musicien se réveilla sur le bloc d’un rocher. Sans savoir comment il s’est retrouvé là, dans la gorge, au bord du Barba. Depuis qu’il a raconté les faits aux villageois, l’endroit est devenu le Trou de l’Enfer.

Une halte au petit pont qui enjambe le Barba (affluent de la Vologne) s'impose pour s'imprégner de la tranquillité du site et aussi reprendre un peu son souffle. L'occasion pour Pixelle de se désaltérer dans l'eau fraîche de la rivière.

Le Barba, quasiment à sec !
Le Barba, quasiment à sec !

Le Barba, quasiment à sec !

Une belle randonnée de 7,5 km "un peu technique" dans un endroit magique et tellement beau des Vosges, ( pas toujours évidente à réaliser avec un chiot turbulent...)

Bienheureuse Pixelle. (1)
Partager cet article
Repost0

Atelier senteur et cueillette au jardin.

Publié le par Bruno

L'odorat est l’un des sens les plus développés chez les bébés, mais en grandissant, la vue prend le pas sur l’odorat qui est alors mis au second rang. Une fois né, le nourrisson utilise principalement son odorat, notamment pour reconnaître sa maman, dont il connaît parfaitement l’odeur…

Notre petite Giulia, comme tous les enfants, aime particulièrement certaines odeurs, comme celles de son doudou (qu'il ne faut pas trop laver souvent).

Ce matin, la cueillette de petites tomates cerises dont elle raffole, a été l'occasion pour tous les deux de découvrir de manière ludique les différentes odeurs des plantes aromatiques du jardin.

L'arrivée, tout en douceur dans le taxi du jardinier...
L'arrivée, tout en douceur dans le taxi du jardinier...

L'arrivée, tout en douceur dans le taxi du jardinier...

L'atelier cueillette avec "un outil" bien adapté...      

Des petits doigts délicats, bien appliqués à la cueillette. La couleur "rouge" tomate est certainement très attirante pour Giulia, nul besoin de lui faire comprendre que les vertes ne sont pas encore mûres.

Atelier senteur et cueillette au jardin.
Atelier senteur et cueillette au jardin.
Atelier senteur et cueillette au jardin.
Atelier senteur et cueillette au jardin.

La récolte terminée, c'est au tour de l'atelier des odeurs avec les herbes aromatiques.

Un moment délicieux pour tous les deux.

Hum ! la menthe fraîche...

Hum ! la menthe fraîche...

Sérieuse et concentrée !

Sérieuse et concentrée !

Origan, laurier, romarin et même les feuilles de tomates sentent bon pour notre petite chérie.
Origan, laurier, romarin et même les feuilles de tomates sentent bon pour notre petite chérie.
Origan, laurier, romarin et même les feuilles de tomates sentent bon pour notre petite chérie.

Origan, laurier, romarin et même les feuilles de tomates sentent bon pour notre petite chérie.

Lavande odorante.

Un vrai moment de bonheur partagé. "Les petits enfants remplissent l'espace vide dans votre coeur que vous ne saviez même pas que vous aviez."
Un vrai moment de bonheur partagé. "Les petits enfants remplissent l'espace vide dans votre coeur que vous ne saviez même pas que vous aviez."
Un vrai moment de bonheur partagé. "Les petits enfants remplissent l'espace vide dans votre coeur que vous ne saviez même pas que vous aviez."
Un vrai moment de bonheur partagé. "Les petits enfants remplissent l'espace vide dans votre coeur que vous ne saviez même pas que vous aviez."

Un vrai moment de bonheur partagé. "Les petits enfants remplissent l'espace vide dans votre coeur que vous ne saviez même pas que vous aviez."

Partager cet article
Repost0

Félicitations Juliette !

Publié le par Bruno

Elles étaient douze candidates ce samedi soir à se présenter au prestigieux concours de beauté Miss Aisne à la MCL de Gauchy.

Juliette Laurence, radieuse Remaucourtoise s'est classée 3ème dauphine. Bravo Juliette !

(photo comité Miss Aisne)

Les douze candidates.
Photo comité Miss Aisne 2019.

Photo comité Miss Aisne 2019.

Félicitations à Miss Aisne 2019 : Juliette Lesourd

1ère dauphine : Léa Butin

2ème dauphine : Eva Charlier

3ème dauphine : Juliette Laurence

Photo comité Miss Aisne 2019.

Photo comité Miss Aisne 2019.

L'aventure continue pour Juliette avec la prochaine élection de Miss Picardie le 27 octobre prochain à Beauvais.

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>