Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cote jardin eco

Un bonheur simple.

Publié le par Bruno

Un bonheur simple.

Je suis un jardinier heureux ! pourvu que la météo se maintienne. Une matinée dans le potager, c'est un petit bonheur, surtout en période de récoltes...

Les jardiniers sont des gens heureux. Ceux que je côtoie, respirent le bonheur dès que l'on parle jardin. Bien sur, il peut nous arriver de subir les aléas climatiques, la sécheresse, le froid, le manque d'eau ou son contraire, etc, mais chacun met un point d'honneur à aimer cultiver son lopin de terre avec beaucoup de fierté.

C’est un bonheur simple et vrai qui vous attend au jardin, à l’écoute de Dame Nature, un léger grincement de girouette, le vent passe à l'ouest ! attention, la pluie arrive, vite je termine de rentrer les choux restants.


"Si tu veux être heureux toute ta vie, fais toi jardinier." Johann Wolfgang von Goethe.

Un bonheur simple.
Un bonheur simple.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Un temps béni pour le jardin !

Publié le par Bruno

Un temps béni pour le jardin !

Les jardiniers respirent, la pluie est enfin là...

Cette pluie est bienvenue, l'eau qui nous vient du ciel est la meilleure. Bien plus profitable aux plantes et aux légumes qu'un arrosage brutal avec l'eau du réseau.

Les deux citernes sont de nouveau pleines... Il était temps. La météo prévoit le retour du beau temps à partir de demain.

Tomates, courgettes et potirons, naturellement gourmands en eau, ont mieux résisté à la canicule grâce au paillage. Les poireaux, repiqués le 13 juillet, sont bien repris après un arrosage intensif biquotidien.

2015, une année délicate pour les jardiniers !

Un temps béni pour le jardin !

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Publié le par Bruno

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Le soleil et la chaleur sont tout autant indispensables à la beauté du jardin qu'ils peuvent être destructeurs. En quelques jours, ils peuvent dessécher tout le potager sans laisser le moindre légume survivant...

Pour éviter ce problème, il est de bon ton chez le jardinier de protéger son bien en amont et d'y installer quelques armes secrètes, comme le paillage. A ne jamais négliger et à surveiller durant tout l'été, car le paillage s'affaisse du fait de l'érosion naturelle après les arrosages successifs. Il doit donc être réalimenté pour éviter que les mauvaises herbes ne reprennent le dessus et pour maintenir cette barrière "anti évaporation du sol" la plus efficace possible.

Pour avoir toujours de l'eau à portée et éviter de tirer sur le réseau en plein été, il est indispensable de placer quelques "citernes" de récupération d'eau à proximité du jardin et surtout ne lésiner pas sur leur nombre ou leur capacité de stockage car on n'a jamais suffisamment d'eau! Ils peuvent être équipés d'une petite pompe immergée ou d'un surpresseur (pour mon installation) pour l'arrosage au tuyau ou au remplissage des arrosoirs.

Enfin, il faut aussi veiller à ce que chaque plante présente une petite cuvette à ses pieds pour éviter tout ruissellement et perte d'eau pendant l'arrosage, mais également favoriser la rétention d'eau lorsqu'une pluie, aussi petite soit elle, s'annonce..

L'eau de pluie est canalisée des gouttières vers 2 citernes de stockage connectées l'une à l'autre.

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Un compteur permet de calculer la quantité d'eau déjà économisée depuis l’installation du dispositif.

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Enfin, un système de vannes by-pass permet de couper le réseau ville pour passer en alimentation eau de citerne pour le robinet du jardin.

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...
Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Après tous ces moyens mis en œuvre, l'eau reste un bien précieux qu'il faut économiser au jardin.

Les pieds de tomates ou encore les jeunes plants de poireaux récemment repiqués bénéficient d'arrosages réguliers. Pour le reste, une bonne averse rendrait bien service au jardinier....

"Un binage vaut deux arrosages" dit le proverbe. Effectivement, le fait de casser la croûte superficielle du sol au moyen d'un sarcloir ou d'une binette interrompt la remontée d'eau par capillarité et donc les pertes par évaporation.

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...
Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...
Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Vraiment efficace le purin d'ortie !

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...
Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Sillons creusés pour une meilleure irrigation du poireau, juste le pied est arrosé avec une dilution à base de purin d'orties. Pendant la canicule, pas moins de 2 arrosages quotidiens (tôt le matin , tard le soir) avec environ 90 litres d'eau par jour... pour 300 plants repiqués.

Toujours pas une goutte de pluie pour le jardin...

Alors si la pluie ne se décide pas à tomber... tous à vos binettes !

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Voici venu le temps des cerises.

Publié le par Bruno

Voici venu le temps des cerises.

La cueillette est prometteuse cette année... pourvu que merles, étourneaux, pigeons ne l'engloutissent pas tout trop vite... Notre cerisier, arbre à cabane a aussi sa petite histoire, il nous fut offert par mon père aujourd'hui décédé, lors de la naissance de notre premier enfant Sébastien, il y aura tout juste 35 ans à la fin de ce mois. Quelle bonne idée d'offrir un arbre lors d'une naissance.

La cerise ne se contente pas d'être bonne au goût, elle a aussi de nombreux atouts. Elle est la plus sucrée des fruits rouges, et aussi le plus énergétique, elle est plutôt bien pourvue en minéraux. Juteuse et rafraîchissante, elle est raisonnablement calorique tout en étant intéressante d’un point de vue vitaminique.

La cerise renferme des quantités non négligeables de calcium , de fer et de cuivre. Son taux de magnésium est modéré, de même que sa teneur en soufre et en chlore. Elle apporte un très grand nombre d’oligo-éléments (zinc, manganèse, nickel, fluor, iode, cobalt, sélénium, etc.).

L’éventail vitaminique de la cerise est très large. Le taux de vitamine C peut varier entre 4 et 21 mg aux 100 g, voire 30 mg ou plus pour certaines variétés. La provitamine A (ou carotène) atteint 0,4 mg aux 100 g, dans les fruits bien colorés, ce qui est une teneur intéressante pour un fruit. Enfin, toutes les vitamines du groupe B sont présentes, à des taux généralement modérés. (sources Aprifel)

La cerise n'est pas la seule partie comestible du cerisier. En phytothérapie, on utilise les queues de cerise comme dépuratif et diurétique.

Elle permet de nettoyer l'ensemble de l'organisme en éliminant les toxines accumulées dans le corps, favorisant ainsi l'élimination rénale et combattant également les inflammations des voies urinaires.
On trouve des queues de cerises dans les magasins de produits naturels et vous pouvez bien sûr utiliser celles qui vous restent après avoir dégusté vos cerises.

Préparation:

Faire tremper une poignée de queue de cerises dans un litre d'eau pendant toute une nuit.
Le lendemain, faire bouillir l'ensemble 4 minutes, puis laisser infuser 20 minutes hors du feu et filtrer.
On peut boire ce litre de d'infusion en 1 ou 2 jours (à conserver au frais).

Voici venu le temps des cerises.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Les cendres de bois " l'or " du jardinier.

Publié le par Bruno

Les cendres de bois " l'or " du jardinier.

Les cendres récupérées dans la cheminée peuvent être utilisées pour le jardin, utilisées à bon escient, elles n'ont que des qualités. Cette manière de recycler les cendres de bois fait partie intégrante du jardinage naturel et biologique.

Toutes les cendres de bois ne sont pas utilisables du fait qu'elles vont être apportées au jardin. Elles ne doivent donc pas contenir de matières toxiques et nocives. Le bois doit être naturel, non traité, non peint et non vernis. Les cendres ne doivent pas être issues de bois composite, de contreplaqué… A noter d'ailleurs que ces bois ne doivent pas être brûlés car ils contiennent des colles et des résines chimiques, qui donnent des émanations toxiques. Il en est de même pour les matières plastiques.
Tous les résidus de tailles, les feuilles mortes, les tontes de gazon, les herbes fauchées… donnent de bonnes cendres pour le jardin. Les cendres de bois fournissent un excellent engrais puisqu'elles sont riches en sels minéraux et principalement en calcium, en magnésium, en phosphore, en potasse et en silice. De ce fait elles apportent des nutriments aux végétaux.
Elles présentent l'avantage de ne pas provoquer de surdosage car elles sont assimilées progressivement et lentement. Par leur richesse en sels minéraux, elles donnent un bon amendement pour la terre. Les cendres de bois donnent un excellent engrais bio.

Les cendres de bois ont des effets répulsifs contre bon nombre d'insectes parasites du jardin.
Elles sont principalement efficaces sur les altises, les pucerons. Elles empêchent la progression des gastéropodes comme les escargots et les limaces. Attention cependant la cendre n'est efficace que lorsqu'elle est sèche. Une fois qu'elle est mouillée, il faut recommencer l'opération. Elle a des propriétés antibactériennes qui permettent de conserver les bulbes fragiles comme les lis. Aérant la terre, elle lutte contre les pourritures. Elles sont particulièrement bien appréciées par les légumes-feuilles, mais également les tomates et les pommes de terre. Au pied des arbres, des arbustes et des haies, elles servent d'engrais et aident à restructurer le sol. Les arbustes et arbres fruitiers apprécient bien les cendres de bois qui, grâce à leur richesse en potasse, favorisent la venue et la croissance des fruits. La potasse aidant également à la floraison, les cendres peuvent être mises dans les plantes à massif. Attention cependant, il faut éviter de mettre des cendres au pied des plantes de terre de bruyère, comme les camélias, les rhododendrons ou encore les hortensias.
En effet la teneur importante en calcium modifie le PH du sol. Le rendant plus alcalin, il sera néfaste aux plantes de terre de bruyère qui auront tendance à être atteints de chlorose entre autres.

Attention, il ne faut pas abuser des cendres de bois. La dose doit être entre 70 et 100 grammes par mètre carré et par an. L'exception est pour les arbres et arbustes qui en tolèrent plus.

Ne pas en mettre dans les terres calcaires. Au pied des arbres fruitiers, des arbres et arbustes à fleurs, il suffit d'en épandre sous la couronne. Un apport d'environ 150 grammes par an, au printemps est suffisant. Dans les massifs, en mettre un peu sur la terre et la faire pénétrer en griffant légèrement. Elles ne doivent pas être enfouies profondément mais superficiellement. Pour profiter des effets répulsifs sur les nuisibles, il suffit d'en saupoudrer les feuilles des végétaux attaqués par les altises, les pucerons et les sitones. Autour des plantes de prédilection des limaces (fraisiers, choux, salades, fleurs …), installer un cordon de cendres afin de les empêcher de passer. Penser à bien le renouveler après la pluie et faire attention lors des arrosages. Les cendres de bois permettent de repousser les indésirables qui grimpent dans les troncs des arbres fruitiers, principalement pour hiverner.

Un peu de cendres de bois dans le fond des sillons, au moment des semis, limitent les risques de pourriture grise principalement. Les cendres permettent aussi de bien conserver les bulbes, que l'on déterre et entrepose à la mauvaise saison. Dans une caissette, mettre une couche d'environ deux centimètres de cendres. Poser ensuite les bulbes dessus, sans qu'ils se touchent entre eux. Recouvrir d'une nouvelle couche de cendres. Il est possible dans des grandes caissettes d'alterner plusieurs couches cendres/bulbes. Je procède de la même façon avec les dahlias lors de l'hivernage des tubercules au sous sol.

Les cendres de bois " l'or " du jardinier.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>