Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

flore et faune

Histoires oubliées du houx et du gui.

Publié le par Bruno

Le houx pour Noël et le gui pour l'an neuf !

Plantes de Noël et du jour de l'an par excellence, le houx et le gui, habillent traditionnellement nos tables et nos portes, sans que l'on sache le plus souvent pourquoi !

Tous les ans, nous décorons nos tables de Noël de branches de houx, ou en faisons des couronnes à suspendre à nos portes. Pourtant qui connaît l’origine de cette tradition ?
Plante vénérée pour ces qualités thérapeutiques par de nombreuses civilisations, elle tenait ses lettres de noblesse chez les Chrétiens, de son rôle dans la survie de la Sainte Famille lors de l’exil en Égypte. L’histoire veut que pourchassés par les soldats d’Hérode, Joseph Marie et Jésus trouvèrent refuge derrière un houx, à l’approche d’un soldat, celui-ci étendit ses branches pour les cacher. Marie aurait alors béni le houx en lui conférant la capacité à rester vert toute l’année. De nombreux rites religieux existaient autour du houx, ces derniers ont disparu, mais les superstitions populaires sont encore vivaces et la tradition perdure.

Au gui, l'an neuf !

Parasite des feuillus et conifères, le gui est la plante des druides, qui voyaient en lui une plante miracle, capable de guérir de tous les maux. Les Celtes avaient pour habitude d’en accrocher à leur porte en guise de protection. Son nom signifierait "celui qui guérit tout", cette plante aux multiples vertus, sera décrétée païenne par les chrétiens au IVe siècle. C’est à cette époque que la fête de Noël est instaurée en lieu et place de l’ancienne " Sol Invistis" la fête païenne de Mithra, le dieu du soleil invaincu ! Du coup le gui fut banni est remplacé par le houx. Les superstitions et traditions populaires résistèrent malgré tout, l’une d’entre elle voulait que deux ennemis se croisant sous le gui déposent leurs armes pour faire une trêve, c’est sans doute à elle que l’on doit de toujours pouvoir s’embrasser sous le gui.

Histoires oubliées du houx et du gui.
Selon la tradition, pour apporter bonheur et prospérité, il est d’usage de s’embrasser sous une branche de gui lors de la nouvelle année.

Il est coutume d’accrocher une gerbe de gui au plafond ou au dessous de sa porte d'entrée. (pour nous, c'est fait ...) A chaque fois que deux personnes se rencontrent sous le gui, elles sont supposées s’embrasser et choisir une baie de la gerbe de gui. Ce geste, en apparence un peu étrange, est censé renforcer une amitié durable et porter chance.

(Sources: www.femme actuel.fr)

Histoires oubliées du houx et du gui.

La cueillette du gui: l'occasion pour Isis de se dégourdir les pattes...

Toujours à fond la belle !
Toujours à fond la belle !

Toujours à fond la belle !

Publié dans Divers, Flore et faune

Partager cet article
Repost0

Héron et canards sur le Noirieu.

Publié le par Bruno

Souvent notre regard est attiré par le passage lent et majestueux d'un héron ou bien encore nous sommes surpris par son envol à l'arrivée d'Isis sur une berge du Noirieu.

Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.

Gros plan sur les colverts.

Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.
Héron et canards sur le Noirieu.

Pas farouche le faisan dans le jardin !

Héron et canards sur le Noirieu.

Publié dans Isis, Le Noirieu, Flore et faune

Partager cet article
Repost0

Des réserves pour l'hiver...

Publié le par Bruno

"On n'attire pas les mouches avec du vinaigre."

Des réserves pour l'hiver...
Des réserves pour l'hiver...
Des réserves pour l'hiver...

Initialement prévue pour les écureuils, la mangeoire a subi une petite transformation afin d'éviter son pillage bien en règle par les geais, pics épeiches...

Avec l'arrivée de l'automne, c'est le moment de ramasser des glands d'un beau chêne derrière la maison, des noisettes, et bientôt des noix pour assurer l'approvisionnement l'hiver prochain de la mangeoire à écureuil. Condition sine qua non pour espérer faire des photos de nos petits rongeurs arboricoles.

Le garde-manger est bien rempli.
Le garde-manger est bien rempli.
Le garde-manger est bien rempli.

Le garde-manger est bien rempli.

Des réserves pour l'hiver...
Des réserves pour l'hiver...

L'envol d'une buse variable dans les chaumes.

C'est le plus grand des oiseaux de proie que l'on peut voir de manière régulière. Elle est le plus souvent aperçue en vol ou perché sur des piquets de clôture, et ne s'observe que rarement au sol. La buse variable présente un plumage à coloration variable : dessous du corps et tête presque tout blanc à brun foncé avec intermédiaires ; dessus brun foncé ou teinté de roussâtre. La coloration n'a rien à voir ni avec l'âge ni avec le sexe. Quand elle est perchée, son plumage apparaît très brun. Un gros plan permet de distinguer le bec crochu et les plumes entourant les pattes, qui sont caractéristiques des grands oiseaux de proie. Elle est reconnaissable au plumage brun de ses larges ailes (dessinant souvent un V) et à sa courte queue arrondie. En vol, les ailes, souvent largement déployées en éventail, paraissent plus longues que celles de la corneille et plus larges, ressemblant à celles de l'épervier et sa queue paraît relativement courte.

Elle se nourrit de petits animaux vivant au niveau du sol, d'une taille allant jusqu'à celle d'un jeune lapin. Principalement des micromammifères (campagnols), des lapins, des jeunes oiseaux pris au nid (merles, grives, geais). À défaut des grenouilles, des reptiles (couleuvres, vipères), des vers de terre et des insectes. Cet oiseau ne dédaigne pas les charognes. Quand il y a pullulation de campagnols des champs (Microtus arvalis), s'en nourrit presque exclusivement.

(Source oiseau-libre.net)
 

Champ au Tilloy
Champ au Tilloy
Champ au Tilloy
Champ au Tilloy
Champ au Tilloy

Champ au Tilloy

Publié dans Flore et faune, Photos, Nature

Partager cet article
Repost0

Après la pluie...

Publié le par Bruno

Champ de lin avant l'orage.
Champ de lin avant l'orage.
Champ de lin avant l'orage.

Champ de lin avant l'orage.

La terre a disparu sous la couche épaisse de végétation. Le champ de lin est totalement vert en quelques jours.

Brume du matin après la pluie.
Brume du matin après la pluie.

Brume du matin après la pluie.

Publié dans Photos, Flore et faune

Partager cet article
Repost0

En passant par les petites routes de la Thiérache.

Publié le par Bruno

En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.

Le clocher de l'église de Proix.

En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.

Une petite chapelle qui vaut le détour !

En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.

Notre Dame de la Salette. (entre les villages de Proix et Noyales).

En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.

Située au bord d'un à-pic crayeux au dessus de la commune de Noyales.

En passant par les petites routes de la Thiérache.
En passant par les petites routes de la Thiérache.

Dommage, la porte est fermée...

Difficile de prendre du recul pour photographier la façade...
Difficile de prendre du recul pour photographier la façade...
Difficile de prendre du recul pour photographier la façade...

Difficile de prendre du recul pour photographier la façade...

Publié dans Photos, Flore et faune, Nature

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>