Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

talent a decouvrir

10 ans déjà ! un succès qui ne se dément pas.

Publié le par Bruno

Photo archive 2015.

Photo archive 2015.

Ce sera l'évènement de la semaine, le 23 octobre prochain, salle du Splendid de Saint-Quentin, avec son désormais traditionnel rendez-vous de l'automne:

- la 10 ème Rencontre chorégraphique intergénérationnelle au profit de l'association + de Vie de la fondation des Hôpitaux de Paris, Hôpitaux de France, organisée par l'association des Cheveux d'Argent des Résidences Saint Laurent, Victor Hugo et l'association Provi'dance.

Venez nombreux le dimanche 23 octobre 2016 à 15h, au Splendid de Saint-Quentin.

Réservation Billetterie-Spectacles 47 rue d'Isle 02100 Saint-Quentin ou billetterie sur place le jour du spectacle.

Les bénéfices de ces spectacles sont reversés à la Fondation, pour le mieux être des personnes âgées hospitalisées.

Les bénéfices de ces spectacles sont reversés à la Fondation, pour le mieux être des personnes âgées hospitalisées.

Publié dans Talent à découvrir

Partager cet article
Repost0

Pour le plaisir des yeux.

Publié le par Bruno

Pour le plaisir des yeux.

Si comme moi vous aimez la photographie, je vous invite à un voyage dans l'univers artistique de notre ami Carlos en visionnant la vidéo ci dessous. Son expo rencontre un vif succès actuellement.

Chapeau l'Artiste !

Texte de la vidéo de Youtube.

Publié le 6 juin 2016 par Elena M. Pascual

Cent treize photographies réalisées entre les années 1965 et 2016 ont été sélectionnées pour l’exposition anthologique consacrée au photographe Carlos de Paz « Vies rencontrées – Cinquante ans à exercer son regard», produite par la Fondation d’Art Ibañez Cosentino.

Le commissaire de l’exposition Juan Manuel Martín Robles explique :

« Cette exposition anthologique, commémorative des cinquante ans comme photographe de Carlos de Paz, résume d’une manière précise et concise une partie essentielle de la trajectoire de ce photographe madrilène au regard curieux qui est installé à Alméria depuis 1992 : celle de sa photographie humaniste et documentaire. Un résumé autobiographique, des souvenirs graphiques des endroits où a vécu l’artiste, à travers de 113 images en noir et blanc dans lesquelles l’être humain a un rôle primordial. Cent treize instantanées de composition impeccable, capturées entre 1965 et 2016, qui, par leur pureté et leur sincérité, nous rappellent l’œuvre de quelques-uns des grands maîtres de l’Histoire de la Photographie qui ont fait de la capture de l’image au moment exact, de l’importance de regarder la vie avec attention, la caractéristique manifeste de leurs carrières, comme Henri Cartier-Bresson ou Carlos Pérez Siquier. »

Photographe à qui peu importe, comme il le confesse lui-même sur son site web, « les outils ni la glaise avec laquelle les images se construisent » et qui préfère « caresser avec l’objectif » à « prendre » en photo, Carlos de Paz nous dit à propos des œuvres actuellement exposées :

« Dans mon parcours vital j’ai toujours aimé flâner, songeur, d’un pas lent, par les rues des villes, me laissant porter par les sentiments, à la recherche du hasard objectif dont parlaient les surréalistes, réalisant des associations mentales libres et photographiant les scènes de la vie quotidienne qui viennent à ma rencontre.

Des images latentes, qui une fois développées se transforment en petits morceaux de mémoire, des fragments de papier prometteurs d’histoires vraies, bien qu’elles n’existent que dans ma tête comme partie d’une réalité imaginée.

CARLOS DE PAZ (Madrid, 1953)

Photographe indépendant résidant à Alméria depuis l’année 1992, Carlos de Paz a débuté comme professionnel en 1977, collaborant comme free-lance dans des revues et publications madrilènes. Membre fondateur du groupe « Atelier de photographie créative Aleph » (1978-1983), en 1983 il fut nommé Directeur de Photographie de la revue « Téléradio », de l’Organisme Public Radio-Télévision Espagnole.

Depuis 1984 il consacre une partie de son temps à l’enseignement intense de la photographie, ayant donné des ateliers et des cours à l’Atelier des Arts Imaginaires de Madrid, au Centre de l’Image d’Alméria, à l’École des Beaux-Arts d’Alméria, au Centre Andalou de la Photographie et à l’École Municipale de Musique et des Arts d’Alméria, institution à laquelle il est toujours lié.

Il a appartenu au monde de la publicité par l’intermédiaire de plusieurs agences (« Studio photographique Antonio Romero » de Madrid, « Plataforma de Publicidad » ou « Estrategia Creativa » d’Alméria jusqu’en 2004. Carlos de Paz décide en 2005 passer de la photographie analogique à la numérique.

Au cours de sa longue carrière, Carlos de Paz a collaboré avec de nombreux organisme officiels tels que le Ministère de la Culture, il a été photographe officiel du Ballet National d’Espagne, a photographié pour le Théâtre de la Zarzuela et la revue « Fragmentos », la Communauté de Madrid, le Planétarium de Madrid, l’Institut National des Techniques Aérospatiales (INTA) du Ministère de la Défense, le Patronat de Tourisme d’Alméria, la Fondation Andalouse pour l’Intégration des Malades Mentaux (FAISEM), La Direction Générale des Institutions du Patrimoine Historique du Conseil de la Culture du Gouvernement d’Andalousie, le Centre Technologique Andalou de la Pierre (CTAP), l’Autorité Portuaire Alméria-Motril, la Diputacion d’Alméria et la Mairie d’Alméria.

En marge de nombreuses expositions collectives auxquelles il a participé depuis 1976, l’œuvre de Carlos de Paz a été exposée individuellement en de nombreuses occasions dans s’importantes galeries, dans des musées et salles d’expositions officielles depuis 1977, tels que le Musée d’Alméria, l’École des Beaux-Arts d’Alméria, le Musée Maison du Cinéma d’Alméria, le Centre Culturel de l’œuvre Social de CajaGranada à Alméria, le Centre Andalou de la Photographie d’Alméria, la salle Grafos d’Alméria ; ou, entre autres, les galeries Kodak, La Claqueta et Zoom 3 de Madrid.

Amplement représenté dans les fonds de photographie du Musée Casa Ibañez d’Olula del Rio (Alméria), son œuvre est exposée de façon permanente au Musée Ibañez de Melilla et au Musée d’Art d’Alméria, Espacio 2.

Publié dans Talent à découvrir

Partager cet article
Repost0

Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.

Publié le par Bruno

Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.

Blandine Gawlik ou encore Lucky Perles propose le samedi 16 avril 2016, de 9h à 18h sans interruption place du village, au logement de fonction de la Mairie, une exposition de bijoux qu'elle crée et réalise depuis 10 ans maintenant. Venez nombreux, elle vous réserve son meilleur accueil.

Quelques photos de la collection 2016.
Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.
Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.
Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.
Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.Remaucourt samedi prochain, une expo-vente de bijoux faits main.

Publié dans Talent à découvrir

Partager cet article
Repost0

Annie, une artiste très prolifique.

Publié le par Bruno

Annie, une artiste très prolifique.

Voici "en avant première" la présentation de son travail réalisé cet hiver. La page d'accueil du blog est composée de huit tableaux de nos artistes locales. Elle a, ainsi que son amie Martine, la gentillesse de confier à la municipalité une partie de leur collection, exposée en permanence à l'Espace Pierre Proix. Leurs toiles créent une ambiance chaleureuse, et nous invitent à un voyage immobile. Nous avons depuis, la plus belle salle des fêtes que je connaisse...

Annie, une artiste très prolifique.
Annie, une artiste très prolifique.
Un clic sur la photo pour l'agrandir !Un clic sur la photo pour l'agrandir !

Un clic sur la photo pour l'agrandir !

Annie, une artiste très prolifique. Annie, une artiste très prolifique.
Annie, une artiste très prolifique.

Peut-être arriverons nous un jour, à décider nos deux artistes Remaucourtoises à exposer au 115, la galerie d'art de la rue d'Isle à Saint-Quentin...

Publié dans Talent à découvrir

Partager cet article
Repost0

Matthieu, Remaucourtois fait la "une" de la presse locale.

Publié le par Bruno

Quand Basketfever fait le "buzz" à Saint-Quentin.

(Article du 28/12/2015 dans l'Aisne Nouvelle Par P.H.)

Photo Aisne Nouvelle

Photo Aisne Nouvelle

En mettant sur pied un tournoi un contre un, le président Matthieu Carton en a profité pour tester grandeur nature un dispositif révolutionnaire.

Il y avait de la joie à l’image, ici au centre, du président Matthieu Carton qui en tombe à la renverse.

On connaissait le Boxing day du football en Angleterre et voilà que le basket, via l’association Basketfever, se l’approprie. Ce dimanche, le président Matthieu Carton a innové dans presque tous les domaines.

« C’était un tournoi un contre un, ce qui intéresse moins car les basketteurs du Saint-Quentinois ont plus l’esprit d’équipe, note-t-il. Mais le but recherché n’était pas d’avoir la foule car nous mettions en place l’application Event factotry, un dispositif complet permettant aux joueurs comme à l’organisateur d’être connecté en direct. Tout a fonctionné mais il y aura quelques retouches. »

À la fin janvier, Matthieu Carton retournera à Genève pour présenter son projet à la Fédération internationale de basket-ball (FIBA). Quant à la compétition, elle a permis aux basketteurs de « s’éclater ». Chez les filles, l’Isarienne Camille Deschamps (La Croix-Saint-Ouen) sort du lot comme Arsène Ambroise (Cergy-N2), du côté des hommes. Ce dernier s’était fait remarquer pour avoir remporté l’édition 2011 de l’étape française du Red bull king of the rock, célèbre tournoi de un contre un. Aujourd’hui, il est entraîné par l’ancien Saint-Quentinois Aymeric Collignon ayant rejoint, en début de saison, ce club du Val-d'Oise. Il y avait de la joie à l’image, ici au centre, du président Matthieu Carton qui en tombe à la renverse.

Et en "vedettes" deux de nos petits enfants Noam et Enzo !!!
Photos Aisne Nouvelle

Photos Aisne Nouvelle

Commentaire:

Les jeunes Noam et Enzo Ferrata (4 et 6 ans) savent de qui tenir.

Bravo les "mini Ferrat"

Photo Courrier Picard

Photo Courrier Picard

Publié dans Talent à découvrir

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>