"Sa petite entreprise, ne connait pas la crise"... chantait Alain Bashung.

Publié le par Bruno

"Sa petite entreprise, ne connait pas la crise"... chantait Alain Bashung.

Spécialisé dans le secteur d'activité des services d'aménagement paysager depuis 2013, Thomas Sobota, enfant du village, installé rue Charles Collin a travaillé dans la commune à la mise en sécurité de quelques arbres sur le terrain d'aventure, jouxtant trois propriétés des rues Charles Collin et Charles Desjardins. La grosse tempête Eleanor de Janvier dernier est encore dans toutes les mémoires même si dans le village, aucun dégât n'était à déplorer.

Du travail propre et soigné.
Du travail propre et soigné.
Du travail propre et soigné.

Du travail propre et soigné.

Réalisation du BRF.

Le brf = bois raméal fragmenté = copeaux issus du broyage des rameaux des branches.

  Les branchages ont été valorisés en broyats pour pailler les massifs dans le village. Les copeaux obtenus ont été étalés en couche épaisse. Celle-ci va protéger le sol, maintenir l’humidité, encourager la vie des milliers de champignons et autres organismes, et surtout éviter la pousse des mauvaises herbes.

"Sa petite entreprise, ne connait pas la crise"... chantait Alain Bashung.
"Sa petite entreprise, ne connait pas la crise"... chantait Alain Bashung.

Les premiers essais de la technique BRF remontent aux années 1970 où quelques chercheurs québécois ont eu cette idée saugrenue. Renouvelés avec toutes sortes de cultures et sous différents climats, les résultats de ces essais semblent très encourageants : importante production d’humus, amélioration très nette de la structure des sols, rendements accrus avec des effets prolongés sur trois ans, importante réduction des besoins en eau, moins de désherbage, de maladies et de ravageurs... (Source: terrevivante.org) 

Déjà une remorque de BRF mis en place par Jérémy sur le parterre en face du château.
Déjà une remorque de BRF mis en place par Jérémy sur le parterre en face du château.

Déjà une remorque de BRF mis en place par Jérémy sur le parterre en face du château.

Un atout intéressant pour limiter l'utilisation de la rasette pour désherber, plus besoin de pesticides, désormais interdit aux collectivités pour l'entretient des espaces verts.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article