Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la bande des cinq

Il était une fois...

Publié le par Bruno

 "Un roi !  vont dire mes petits lecteurs.
Eh bien non, les enfants, vous vous trompez. Il était une fois... un morceau de bois.
Ce n’était pas du bois précieux, mais une simple bûche, de celles qu’en hiver on jette dans les poêles et dans les cheminées"... ainsi commence l'histoire de Carlo Collodi: les aventures de Pinocchio.

Une vraie météo d'automne ce week-end, à ne pas mettre un enfant dehors. Alors comment occuper nos deux p'tits gars, très amateurs de bricolage...

L'idée de réaliser un bonhomme en bois, que l'on installerait comme gardien à la porte de la cabane dans le cerisier, a tout de suite intéressé nos menuisiers en herbe, fort inspirés par l'histoire du fameux Pinocchio, histoire qu'ils connaissent bien.

Les visages se crispent à l'effort: Noam et Enzo très concentrés sur leur tâche !

Les visages se crispent à l'effort: Noam et Enzo très concentrés sur leur tâche !

Bûches et petits rondins de bois secs: ce n'est pas ce qui manque au sous sol...

L'un mesure, l'autre coupe et comble de bonheur: avec de "vrais outils" comme dit Enzo. L'attention de papy est de chaque instant, les mèches, les ciseaux à bois peuvent se révéler être des outils dangereux dans les petites mains de nos deux menuisiers.   

Il était une fois...
Il était une fois...
Il était une fois...

Très attentifs les loulous, à chacun son rôle, pourvu que les outils soient partagés ! Bientôt le nez du Pinocchio de Remaucourt sera coupé et collé, puis jambes et bras articulés seront assemblés.

Il était une fois...
Il était une fois...

La journée est rythmée par les repas, le goûter, je suis étonné par leur intérêt, leur constance à cet atelier, personne n'a envie de regarder la TV, mamée ne les aura pas vu de la journée !

Il était une fois...

Un joli moment de complicité partagé, notre Pinocchio est quasi terminé, quelques petites finitions et le prochain rendez-vous est d’ores et déjà prévu pour l'atelier "peinture" .

La cabane perchée aura bientôt son gardien.

Il était une fois...
Partager cet article
Repost0

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.

Publié le par Bruno

Un temps idéal, ce mardi avec nos deux petits gars, (très intéressés par la préhistoire et l'archéologie) pour nous retrouver dans une des nombreuses carrières de craie de notre région à la recherche de fossiles marins. Le premier site visité se situe entre Montigny en Arrouaise et Vadacourt, le second sur la route d'Etaves et Bocquiaux. Il y a quelques millions d'années, la mer recouvrait tout le bassin parisien et ses contreforts dont notre région fait partie. Gamin, j'ai eu un prof de géographie formidable, Maurice Oget qui nous emmenait le jeudi après midi faire des fouilles à la recherche d'ammonites belemnites ... dans les carrières autour de Fresnoy, un excellent souvenir encore aujourd'hui.  

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.

Nous voilà donc partis à la chasse aux fossiles...Outils en main.

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une paroi propice à une prochaine exploration.

Une paroi propice à une prochaine exploration.

Ces coquillages fossilisés sont le témoignage que la mer recouvrée bien notre région avant la dérive des continents et son assèchement.

La recherche peut commencer.
La recherche peut commencer.
La recherche peut commencer.
La recherche peut commencer.

La recherche peut commencer.

La craie est une roche rare issue de l'accumulation de minuscules algues calcaires du plancton (coccolithes) au Crétacé (âge de la craie) entre - 90 et 65 millions d'années, alors qu'une mer tropicale peu profonde recouvrait tout le bassin parisien et notre région.

Sources: http://www.plancton-du-monde.org/module-formation/encart_craie.html

Beaucoup de plaisir à escalader, même pour Isis, agile comme un chamois...
Beaucoup de plaisir à escalader, même pour Isis, agile comme un chamois...
Beaucoup de plaisir à escalader, même pour Isis, agile comme un chamois...
Beaucoup de plaisir à escalader, même pour Isis, agile comme un chamois...

Beaucoup de plaisir à escalader, même pour Isis, agile comme un chamois...

Partout dans le monde où les sols sont constitués de craie, on est à peu près sûr de la présence ancienne des océans, à l'exemple du bassin parisien. Paris a été construite sur du plancton !

En Champagne-Ardennes, on doit la fabrication du champagne aux vignes cultivées dans une terre constituée en grande partie de coccolithes sédimentées.

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.

 

Seuls quelques petits morceaux de coquillages retrouvés dans les blocs de craie ont suffi à donner l'envie à nos explorateurs en herbe, de revenir une prochaine fois sur ce site de fouille.

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.

Le petit bout de craie dans la basket est inévitable...

Une belle partie de chasse ... aux fossiles.
Une belle partie de chasse ... aux fossiles.

Après plusieurs heures passées à crapahuter dans les carrières, nos deux loustics fatigués mais heureux de leur après midi, se disaient prêts à revenir une prochaine fois jouer les "Indiana Jones".

Partager cet article
Repost0

Ambre comme Isis: chiens d'exception !

Publié le par Bruno

Noam et Isis.

Pour tous ceux qui, comme moi, considèrent leur chien comme leur enfant, vous n’êtes pas " fada ". Vous n’êtes pas non plus " trop sensibles " si vous offrez à votre chien un environnement confortable ou des privilèges dédiés aux humains. Vous avez tout simplement compris l’importance de recevoir et de donner de l’amour inconditionnel, une chose qui fait trop peu souvent partie de nos valeurs de pauvres personnes à deux pattes.

Oriane, Noam avec Ambre. " Ne laissez pas votre chien en laisse si vous voulez qu’il vous soit attaché."

Oriane, Noam avec Ambre. " Ne laissez pas votre chien en laisse si vous voulez qu’il vous soit attaché."

Le chien est le meilleur ami de l'homme. Il incarne à lui tout seul l'amour inconditionnel, l'amitié, la fidélité à toute épreuve, la confiance, la reconnaissance, le courage...

Publié dans Photos, Isis, La bande des cinq

Partager cet article
Repost0

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Publié le par Bruno

Cap sur la baie de Somme.

Ombre et lumière au travers des nuages.
Ombre et lumière au travers des nuages.
Ombre et lumière au travers des nuages.

Ombre et lumière au travers des nuages.

Le soleil joue à cache cache avec les nuages.

Les terres agricoles recouvrent les trois-quarts du territoire picard. L'espace consacré à l’agriculture représente ainsi plus de 80 % de la superficie des communes démographiquement très peu denses. (source insee)

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

La prestigieuse Abbaye Cistercienne Saint Riquier de style gothique, fondée en 625.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Nous apercevons bientôt la baie de Somme sous le soleil avec la ville du Crotoy sur la droite de la photo, de l'autre côté de l'estuaire, Saint Valéry sur Somme.

Saint Valéry sur Somme.
Saint Valéry sur Somme.
Saint Valéry sur Somme.
Saint Valéry sur Somme.
Saint Valéry sur Somme.

Saint Valéry sur Somme.

Le Crotoy

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Au loin, les falaises de Ault dans la brume.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Moutons des prés salés dans la baie.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

L'estuaire.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Le retour avec le survol du Centre Hospitalier Universitaire d'Amiens.

Le CHU Amiens-Picardie (CHUAP) est un des 2 établissements publics universitaires de santé de référence et de recours de la région Hauts-de-France avec le CHU de Lille.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

La magnifique cathédrale gothique Notre-Dame d'Amiens, la plus vaste cathédrale de France par ses volumes intérieures. (200 000 m3)

La cathédrale est édifiée au XIIe siècle mais est reconstruite pour l'essentiel entre 1220 et 1270, après celles de Chartres et Reims.

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

L' "Empire State Building de la Picardie"

La tour Perret.

A quelques centaines de mètres de la cathédrale, la tour Perret s'élève à plus de 110 mètres, sur 30 étages. Aujourd'hui cet édifice colossal en béton armé a été dépassé en terme de taille par beaucoup d'autres grattes ciel (le Burj Khalifa par exemple avec ses 828 mètres, ou encore la Tour CN à Toronto), la tour Perret s'est refait une beauté au début des années 2000 : elle est désormais surplombée d'une verrière décorative de 7 mètres de haut, qui s'illumine la nuit venue...

A droite de la tour, la gare du Nord.
A droite de la tour, la gare du Nord.

A droite de la tour, la gare du Nord.

Autant d'excitations et d'émotions ont eu raison de la résistance de notre petit bonhomme...

Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.
Baptême de l'air pour nos petits loustics: suite et fin.

Difficile le réveil !

Quel bel après-midi !

Quel bel après-midi !

Publié dans Photos, La bande des cinq

Partager cet article
Repost0

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Publié le par Bruno

Un vol en avion pour une ballade en baie de Somme en guise de baptême de l'air, en voilà deux qui ne sont pas prêts d'oublier ce mercredi après midi, moment intense de joie, mêlé d'une excitation certaine.

Toutes les conditions étaient réunies:

- pas d'école l'après midi, conditions météorologiques favorables et surtout Jean-Pierre, pilote émérite que je remercie vivement pour son invitation et cette belle surprise faite aux enfants.

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Les préparatifs pour le vol terminés, bientôt le décollage. Jean-Pierre dut rassurer Enzo concernant le plein de carburant de l'avion "et si on tombe en panne d'essence" 

Nul besoin de commenter les photos qui suivent pour exprimer l'excitation de nos petits passagers lorsque l'avion décolle dans un fort vrombissement ...

Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Direction la baie de Somme.

Dans les champs, les stigmates des coulées de boues des derniers orages dans le Vermandois

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Direction Albert, plus précisément Thiepval. Nous survolons déjà l'aérodrome de Péronne et à proximité le site de Bonduelle, géant français dans la transformation des légumes en conserves.

L'usine Bonduelle.

L'usine Bonduelle.

Bientôt les marais de Somme.

Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Direction Thiepval, nos petits passagers sont enchantés !

Nous survolons de nombreux cimetières militaires. De l'automne 1914, après l'épisode de la 'Course à la mer', jusqu'en juillet 1915, période à laquelle elles furent progressivement relevées par les Britanniques jusqu'à Curlu, les troupes françaises occupèrent entièrement le département de la Somme. En 1916, lors de la première bataille de la Somme, c'est dans le sud-est du département que les Français combattirent, Rancourt, avec sa nécropole et son mémorial, en est le témoignage.
Nous survolons de nombreux cimetières militaires. De l'automne 1914, après l'épisode de la 'Course à la mer', jusqu'en juillet 1915, période à laquelle elles furent progressivement relevées par les Britanniques jusqu'à Curlu, les troupes françaises occupèrent entièrement le département de la Somme. En 1916, lors de la première bataille de la Somme, c'est dans le sud-est du département que les Français combattirent, Rancourt, avec sa nécropole et son mémorial, en est le témoignage.
Nous survolons de nombreux cimetières militaires. De l'automne 1914, après l'épisode de la 'Course à la mer', jusqu'en juillet 1915, période à laquelle elles furent progressivement relevées par les Britanniques jusqu'à Curlu, les troupes françaises occupèrent entièrement le département de la Somme. En 1916, lors de la première bataille de la Somme, c'est dans le sud-est du département que les Français combattirent, Rancourt, avec sa nécropole et son mémorial, en est le témoignage.

Nous survolons de nombreux cimetières militaires. De l'automne 1914, après l'épisode de la 'Course à la mer', jusqu'en juillet 1915, période à laquelle elles furent progressivement relevées par les Britanniques jusqu'à Curlu, les troupes françaises occupèrent entièrement le département de la Somme. En 1916, lors de la première bataille de la Somme, c'est dans le sud-est du département que les Français combattirent, Rancourt, avec sa nécropole et son mémorial, en est le témoignage.

Pour la guerre 14/18, le département de la Somme recense pas moins de 17 cimetières militaires Français où reposent pour l'éternité 57931 soldats.

Toujours pour ce même département, Il y a actuellement 103 nécropoles britanniques et du Commonwealth, 11 cimetières militaires allemands, 3 australiens et 3 canadiens. (Source: www.picardie1418.com)

Le mémorial de Thiepval où les noms de 72 205 soldats disparus sont gravés sur les piliers de l'arc.

Baptême de l'air pour nos petits loustics !
Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Le mémorial franco-britannique est un monument commémoratif de la Première Guerre mondiale, situé sur le territoire de la commune d'Authuille, à proximité du village de Tiepval, dans le département de la Somme. Il est dédié aux armées franco-britanniques et aux soldats britanniques disparus pendant la bataille de la Somme au cours du second semestre de 1916. Un cimetière militaire où sont inhumés des soldats français et britanniques se trouve à ses pieds. (source Wikipédia)

À l'automne 1914, le front se stabilise à Thiepval, véritable place forte stratégique. Les Allemands vont ainsi utiliser toute cette période à construire une ligne de défense impressionnante et sophistiquée qui formait une ligne de fortification autour du village, et à l’intérieur de cette dernière : dédale de tranchées, boyaux. Les Allemands, des hauteurs du village, dominent l’armée française restée en contre-bas, dans la vallée sur les bords de la rivière Ancre.

À la fin de l’année 1915, lors de la conférence de Chantilly, l’état major franco-britannique décide d’une offensive dans la Somme. C’est l’attaque surprise allemande sur Verdun le 21 Février 1916 qui précipite les événements de la Somme. Les Français délaissent une partie du front de la Somme aux Britanniques qui en occupent seuls 30 kms. Verdun étant quant à lui défendu par l’armée française. Plus les pertes françaises sur Verdun augmentaient, plus on pressait Haig de lancer l’offensive sur la Somme qui fut fixée au 29 Juin. Mais celle-ci fut repoussée au 1er Juillet en raison de conditions météorologiques défavorables.

En amont de la bataille de la Somme, un intensif bombardement débute le 24 juin 1916, destiné à anéantir les lignes allemandes et à permettre une avancée rapide et décisive de l'infanterie. Le 1er juillet à 7h20, les troupes britanniques, 100 000 soldats inexpérimentés (les bataillons de "Pals" - "bataillons de copains"), chargés de 30 kg de paquetage, partent à l’assaut de la première ligne germanique.
C’est un échec sanglant : les troupes sont décimées, le nombre de pertes et notamment de disparus est démesuré. Au soir du 1er juillet, 60 000 britanniques sont hors de combat, 20 000 d’entre eux sont tués, 40 000 sont blessés ou faits prisonniers. Les pertes allemandes représentent environ 1/10ème de ce chiffre. Le premier jour de la bataille de la Somme est un désastre pour l’armée britannique qui qualifiera ce jour du 1er Juillet 1916, le jour le plus sanglant de son histoire militaire, “the bloodiest day of the British army”.
Au final, Thiepval est conquis le 25 septembre 1916, avant que le front ne s’éloigne plus à l'est en 1917. Thiepval est repris par les Allemands lors de leur grande offensive de mars 1918 pour être définitivement repris en août 1918, toujours par les Britanniques.

La percée n’a pu être réalisée mais la bataille de la Somme a permis aux Français de tenir à Verdun. L’armée allemande qui a dû livrer bataille en même temps à Verdun et dans la Somme est très affectée et totalement exténuée.
La bataille de la Somme a provoqué chez les Britanniques 420 000 pertes (morts, blessés, disparus ou faits prisonniers).

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Après le conflit, Thiepval est choisi pour édifier entre 1929 et 1932 le mémorial dédié aux combattants disparus de la Somme, britanniques et sud-africains. Dédié aux armées française et britannique, son architecture est confiée à Sir E. Lutyens, le plus grand et le plus prolifique architecte britannique de son temps. Dès 1919, l’Imperial War Graves Commission lui avait confié la construction du Cénotaphe à Londres. Il sera également chargé de la construction de nombreux cimetières du Commonwealth, pour lesquels il crée la « Pierre du Souvenir », ainsi que du Mémorial australien de Villers-Bretonneux et de nombreux cimetières. 
Les noms gravés sur le mémorial de Thiepval sont ceux des 72 000 soldats britanniques ou sud-africains disparus dans la Somme entre l’été 1915 et le 20 mars 1918 - 90% concernent la bataille de la Somme (environ 12 000 tombés le 1er juillet).

À l’hiver 1931-1932, un cimetière franco-britannique est érigé au pied du mémorial, abritant le corps de 600 combattants (300 soldats français et 300 soldats du Commonwealth). Le site est inauguré le 1er août 1932 par le Prince de Galles et le Président de la République française. Aujourd’hui, 72 244 patronymes y sont inscrits.

Ses 16 piliers sont recouverts de plaques de pierre blanche de Portland sur lesquelles sont gravés les noms des disparus. Plus de 10 millions de briques ont été nécessaires à sa construction. Les hommes de toutes origines sociales, commémorés sur le mémorial, ont entre 15 ans et 60 ans avec une moyenne d’âge de 25 ans. Le mémorial et le cimetière sont entretenus par la Commonwelath War Graves Commission. (source: Somme1418 - Circuit du souvenir.)

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Fin du 1er épisode !

A suivre: la baie de Somme

Le bonheur est contagieux. Ce qui enchante un enfant, c’est le bonheur dans lequel il baigne. Si vous souhaitez son bien-être, travaillez à vous rendre heureux.
Boris Cyrulnik

Baptême de l'air pour nos petits loustics !

Publié dans Photos, La bande des cinq

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>