Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une météo propice à la moisson dans le village.

Publié le par Bruno

Une météo propice à la moisson dans le village.
Une météo propice à la moisson dans le village.

Les machines tournent sans relâche, beaucoup de travail pour une moisson dont on sait déjà que les rendements seront catastrophiques.

Une météo propice à la moisson dans le village.
Une météo propice à la moisson dans le village.

Épis vides, grains chétifs à cause des maladies et rendements au plus bas, 2016 est une année qui laissera des traces dans l’agriculture française. La moisson de cette année est l’une des plus mauvaises depuis 1976 et la grande sécheresse qui avait grillé les cultures. Certains parlent même d'une situation exceptionnelle, pas connue depuis la seconde guerre mondiale...

Une météo propice à la moisson dans le village.

L'Aisne, département céréalier très impacté (carte de France estimation rendement quintaux / hectare) (Sources agriavis.com)

Une météo propice à la moisson dans le village.

Petit retour en arrière avec la moisson au Tilloy, été 1958.

Monsieur René Blot chez Monsieur Eugène Boulanger.
Monsieur René Blot chez Monsieur Eugène Boulanger.

Monsieur René Blot chez Monsieur Eugène Boulanger.

Quelques années plus tard.

Une météo propice à la moisson dans le village.

Merci à Jean-Marc et son épouse pour ces belles photos anciennes.

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

Le rouissage du lin se poursuit chemin de Bellecour.

Publié le par Bruno

Vue du champ en direction de Bellecour.

Vue du champ en direction de Bellecour.

Après l'arrachage du lin le 16 juillet dernier (article blog), le rouissage est en cours, première phase naturelle de transformation de la plante en fibre, c’est l’alternance de pluie et de soleil qui permet au lin de rouir. Grâce à l’action des micro-organismes et des bactéries présents sur le sol, le rouissage* (de juillet à septembre) élimine la pectose qui soude les fibres textiles à la partie ligneuse de la plante. Pour favoriser un rouissage homogène, les pailles de lin ont été retournées ce samedi matin par deux engins sillonnant à grande vitesse la parcelle de Laurent Cardon.

Les machines sillonnent le champ à 40 km/h !
Les machines sillonnent le champ à 40 km/h !

Les machines sillonnent le champ à 40 km/h !

*Le rouissage: est la macération que l'on fait subir aux plantes textiles telles que le lin, le chanvre, etc. , pour faciliter la séparation de l'écorce filamenteuse d'avec la tige. On fait rouir le chanvre ou le lin dans un routoir ou rouissoir. Le terme rouir vient du francique rotjan, qui signifie pourrir.

Le rouissage du lin se poursuit chemin de Bellecour.
Le rouissage du lin se poursuit chemin de Bellecour.
Le rouissage du lin se poursuit chemin de Bellecour.

Ce début de pourrissement permet donc de séparer l’écorce de la tige. Tout le savoir faire consiste à arrêter ce processus au bon moment. Si on laisse le lin dans les champs trop longtemps les qualités de résistance mécanique de la fibre ainsi que l’homogénéité de couleur sont altérées.

Une fois l’opération de rouissage terminée, les andains de lin seront enroulés en meule de pailles et transportés vers les usines de traitement où il devra encore subir le teillage, le peignage et encore le filage...

Je vous invite à visionner ce reportage très explicite: "lin de France" (JT de France 2 Juillet 2015).

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

Entretien du fossé de la "Valléyette".

Publié le par Bruno

Après les forts orages en juin dernier, sur des terres saturées d'un printemps pluvieux exceptionnel, les riverains de la rue Charles Desjardins ainsi qu'une partie des rues Charles Collin et des Prés ont pu constater l'efficacité des travaux d'hydraulique douce (réalisés après les inondations de septembre 2008) dans la parcelle de culture jouxtant la rue Charles Collin. Alors que plusieurs communes voisines étaient encore victimes de coulées de boue, inondations et faisaient de nouveau malheureusement les "une" des journaux locaux, notre secteur est resté à l'abri si je puis dire...

En début de semaine, l'entreprise Leriche de Vendeuil est intervenue avec une grue pour remettre en état le fossé à redents* afin de lui assurer une efficacité optimale lors des prochaines grosses précipitations.

Entretien du fossé de la "Valléyette".
Entretien du fossé de la "Valléyette".

* Fossé à redents:

Il s’agit d’une catégorie de fossé relativement bien adaptée pour jouer un rôle tampon. Ils sont en effet recoupés de petites buttes transversales créant une succession de compartiments se déversant les uns dans les autres par surverse, propice à la sédimentation des boues, la rétention et l’infiltration d’une partie de l’eau circulant dans le fossé.

Entretien du fossé de la "Valléyette".
Entretien du fossé de la "Valléyette".

La partie crayeuse absorbe de grosses quantités d'eau lors des fortes précipitations.

Entretien du fossé de la "Valléyette".
Entretien du fossé de la "Valléyette".

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

Messe de l' Assomption à l'oratoire de la Vierge des Pauvres.

Publié le par Bruno

Messe de l' Assomption à l'oratoire de la Vierge des Pauvres.

La messe de l'assomption aura lieu le lundi 15 Août 2016 à 10h30, à l'oratoire de la Vierge des Pauvres.

Rappelons qu'il est vivement conseillé de prévoir un siège pliant pour assister à cet office religieux. Néanmoins si la météo est capricieuse, la messe sera célébrée dans l'église Saint Géry.

Petit retour en arrière... Le 16 Mai 1965.

Certaines Remaucourtoises se reconnaîtront.

Certaines Remaucourtoises se reconnaîtront.

Mademoiselle Colzy, au premier plan de la photo, assisté de nombreuses Remaucourtoises préparent la cérémonie de bénédiction de l'oratoire de la Vierge des Pauvres.

Une partie de la procession, rue des bergers.

Une partie de la procession, rue des bergers.

"Le 16 Mai 1965, la cérémonie organisée à l'occasion de la bénédiction fut magnifique, dans un village où chaque maison était décorée où dans chaque rue se trouvait un petit autel représentant une apparition de la vierge. Tous les habitants avaient voulu participer à ce travail. L'oratoire était orné de drapeaux correspondant aux personnes de nationalités différentes résidant à Remaucourt, à savoir: drapeaux belge, polonais, espagnol, tchèque autour du drapeau de la Vierge, du drapeau pontifical et bien sûr des drapeaux français".

Une dizaine de prêtres étaient présents, Monsieur le Chanoine Quennesson procéda à la bénédiction et prononça une très belle homélie. On estima le nombre des participants à environ 580 personnes. (extrait article blog du 9 août 2015 "l'histoire de l'oratoire")

Depuis, chaque année la messe du 15 août y est célébrée.

Merci à Jean-Marc et son épouse pour ces deux photos.

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

Un beau papillon vulcain au pied du tas de bois.

Publié le par Bruno

Sera-t-il encore là, le temps d'aller chercher l'appareil photo? Par chance il virevolte toujours autour du bois et du casseille. Les fruits mûrs tombés au sol semblent l'attirer.

Le Vulcain (ou Amiral), nom scientifique (Vanessa atalanta) famille des Nymphalidé est un papillon migrateur.

Un clic sur la photo pour l'agrandir.
Un clic sur la photo pour l'agrandir.

Un clic sur la photo pour l'agrandir.

Le Vulcain est l'exemple type du papillon migrateur en Europe. Des individus originaires d'Afrique remontent tous les ans vers le Nord de l'Europe. Leur descendance retourne dans le Sud chaque automne. Chez les papillons, il s'agit soit d'un aller simple qu'on peut qualifier d'invasion (comme chez le Sphinx tête-de-mort), soit d'un aller-retour effectué par des individus différents (cas du Vulcain, de la Belle Dame, du Souci, entre autres). Dans ce dernier cas, de migration vraie, on distingue la migration primaire, souvent effectuée au printemps vers nos régions, au départ d'Afrique ou du Sud de l'Europe. Plusieurs vagues de migrations vers le nord peuvent éventuellement être observées jusqu'au début de l'été. Les individus arrivants se reproduisent. La descendance peut alors poursuivre la migration vers le nord, s'implanter sur place ou repartir vers le sud à la fin de l'été et à l'automne : c'est la migration retour. (Sources le site des papillons)

Un beau papillon vulcain au pied du tas de bois.

Publié dans Flore et faune

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4