Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un week-end bien occupé.

Publié le par Bruno

La ligne est bien tendue, il ne reste plus qu'à surveiller le bouchon. Un peu fébrile notre Thomas pour sa première partie de pêche ce samedi après-midi sur le bord du Noirieu, pourvu que le poisson soit au rendez-vous...

Le geste n'est pas encore bien précis mais Oriane lui donne de bons conseils !
Le geste n'est pas encore bien précis mais Oriane lui donne de bons conseils !

Le geste n'est pas encore bien précis mais Oriane lui donne de bons conseils !

Le matin même, nous avons préparé le matériel avec la plus grande minutie qui soit. Il faut mettre toutes les chances de notre côté. Montage de ligne bien plombée, bien équilibrée, préparation de l'amorce, dégorgeoir, hameçons de rechange si on casse sur du "gros," ne manquait plus que la portion d'asticots que maman devait rapporter.

Un week-end bien occupé.
Un week-end bien occupé.
Un week-end bien occupé.

Beaucoup de plaisir partagé durant ces trois heures de pêche, beaucoup de touches manquées mais la joie de sortir son premier poisson au bout de quelques instants, poisson qu'il a fallu mettre dans un seau pour le ramener vivant... Un beau moment de complicité.

Ce dimanche, fête de l’âne de Beaurepaire-sur-Sambre

L’âne était en vedette ce week-end à Beaurepaire-sur-Sambre. Pour la vingtième fête qui lui était consacré, les visiteurs pouvaient les caresser, les photographier, les applaudir. Même les monter le temps de quelques tours de piste mais certains, têtus en avaient décidé autrement...

Longues oreilles et regard doux, ils sont les rois de la fête.
Longues oreilles et regard doux, ils sont les rois de la fête.

Longues oreilles et regard doux, ils sont les rois de la fête.

Ces trois là ont décidé de ne plus avancer au grand dam de leurs cavaliers.

Ces trois là ont décidé de ne plus avancer au grand dam de leurs cavaliers.

90 ânes et leurs propriétaires déguisés défilent dans ce petit village de Beaurepaire avant les différents concours de beauté etc. Beaurepaire, très animé ce week-end avec sa brocante et un salon de l'artisanat.

Et pas question de partir avant de déguster "une pisse d'âne" (boisson que l'on obtient en mélangeant de la bière blanche avec du sirop de citron) très appréciée sous ce soleil de plomb.

Un régal !
Un régal !

Un régal !

Toujours dans l'Avesnois, et pour les amateurs de chien, le petit village de Prisches, à deux kilomètres de Beaurepaire organise tous les ans la fête du chien pendant tout le week-end de la Pentecôte depuis 27 ans. A voir.

Partager cet article
Repost0

Un coup de main bien apprécié.

Publié le par Bruno

Un coup de main bien apprécié.

Les journées sont faites d'occupations diverses et variées. Chaque année à la même époque, le bois de chauffage bien sec est rentré au sous sol du garage en prévision des rigueurs d'un hiver qui arrivera toujours assez tôt.

Cette année j'ai de la chance. Deux p'tits bonhommes bien motivés, m’ont proposé leur aide pour ce labeur assez physique surtout avec cette période de fortes chaleurs.

Bien sur ils sont heureux de grimper sur le tas de bois dans la remorque du tracteur lors des chargements. Aussi leur aide précieuse commence vraiment au sous sol où la fraicheur est bien agréable. Trop dangereux de rester en plein soleil pour nos p'tits bûcherons.

Un coup de main bien apprécié.
Un coup de main bien apprécié.

Costauds mes p'tits bonhommes, les bûches sont bientôt enlevées du monte-charge pour un prochain remplissage 3,50 plus haut dans la remorque stationnée dans le garage.

Une équipe efficace !
Une équipe efficace !

Une équipe efficace !

Quel boulot mais nous voilà parés pour l'hiver, merci les enfants. Une odeur agréable de bois sec envahit le sous sol. Pour la petite histoire, les canadiens ont pour coutume de mettre au cœur de leur tas de bois rangé, une vieille boite métallique renfermant quelques piécettes... Il parait que cela porte bonheur !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Une belle récolte.

Publié le par Bruno

Une belle récolte.

Tôt ce matin, "à la fraiche" a débuté l'arrachage des échalotes plantées en avril dernier. Malgré les intempéries du printemps et ce début d'été catastrophique, la récolte est plus que raisonnable, voire même inespérée après toutes les averses de grêles reçues. La terre argileuse, plaquée par les pluies puis cuite maintenant par la canicule n'ont pas empêché les bulbes de se développer.

(17h, 37°C à l'ombre au thermomètre du jardin.) Encore une soirée arrosage en perspective !

Une belle récolte.
Bientôt le tour des oignons.

Bientôt le tour des oignons.

Issue de la même famille que l’ail et l’oignon, l’échalote est apparue il y a plus de 2 000 ans, en Asie Centrale.

C’est au Turkestan, région d’Asie bordée par la mer Caspienne que la première variété d’échalote voit le jour. Elle tient son nom de la ville d’Ascalon, en Judée. Les Perses et les Égyptiens adoptent vite le petit légume qu’ils considèrent comme une plante sacrée.

Une culture ancienne

La croyance veut que les Croisés l’aient introduite chez nous, de retour de Terre Sainte. Mais des écrits officiels datant du temps de Charlemagne et dans lesquels elle figure réfutent cette hypothèse.

Appelée alors ascalonia, l’échalote devint vite une culture à part entière en France. On la trouve ainsi dans les potagers familiaux ainsi que dans des exploitations agricoles au XIIe et XIIIe siècle. Des marchands ambulants viennent en proposer aux Parisiens.

Longtemps produite dans le nord de la France, l’échalote est aujourd’hui principalement cultivée en Bretagne et dans le Val de Loire, où elle fut introduite au XVIIe siècle.

(Sources: http://www.lesfruitsetlegumesfrais.com/)

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Recette de la semaine.

Publié le par Bruno

Quiche provençale aux courgettes.

Recette de la semaine.

Courgettes à profusion dans le jardin, voici une variante de quiche bien savoureuse que Marie n'avait pas encore réalisée. Je vous la recommande vivement si vous aimez les courgettes... C'est extra.

Ingrédients pour 4 personnes:

1 pâte brisée, 2 courgettes, 2 tomates, 200 gr de thon au naturel, 3 œufs, 20 cl de crème liquide, 2 cuillères à soupe de moutarde, 2 branches de basilic frais, fromage râpé, sel et poivre du moulin.

Préparation:

Étalez la pâte brisée dans un moule à tarte. Tapissez le fond de moutarde. Égouttez le thon puis émiettez-le au fond de la tarte.

Lavez et épluchez les courgettes. Coupez-les en rondelles puis faites les blanchir dans une casserole d'eau bouillante salée pendant 5 minutes à reprise de l'ébullition.

Pendant ce temps, lavez et coupez les tomates en rondelles puis disposez-les dans la tarte. Salez. Préchauffez votre four à 200°C.

Dans un bol, cassez les œufs et mélangez-les à la crème avec un fouet. Lavez et hachez les feuilles de basilic puis incorporez-les à ce mélange. Salez et poivrez.

Égouttez soigneusement les courgettes et disposez-les sur les tomates. Versez votre préparation à base d'œufs et de crème de façon uniforme sur la tarte. Saupoudrez de fromage râpé.

Enfournez votre préparation pendant environ 30 minutes à 200°C jusqu'à ce que le dessus soit bien doré.

Bon appétit !
Recette de la semaine.

Astuce:

Marie utilise sa préparation de sel épicé (réalisé pour la quiche végétarienne, recette du blog le 10 juin dernier) qu'elle conserve pour l’assaisonnement de quiches, grillades etc.

Recette du sel épicé:

150g de sel fin, 40g de poivre blanc, 40g de coriandre moulue, 15g de noix de muscade moulue et 15g de gingembre en poudre.

Recette de la semaine.

Publié dans Recette de la semaine

Partager cet article
Repost0

La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.

Publié le par Bruno

La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.

Les superbes fleurs bleues ont disparu... Les conditions météo sont propices à la "moisson" ce samedi matin. C'est un spectacle étonnant d'observer ces machines parcourir la parcelle, vitesse de pointe, 14 km/h. Quatre engins agricoles spécifiques sillonnent en tous sens le champ qui borde la rue Charles Collin. Le lin sera bientôt arraché et aligné pour un séchage à même la terre.

Contrairement au blé, l'orge ou encore le colza, le lin ne se coupe pas, il s'arrache. Jadis, le lin s'arrachait à la main...

La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.
La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.

Les arracheuses forment des andains droits et réguliers pour favoriser le "rouissage" macération au sol.

Le rouissage peut débuter, l'action conjuguée du soleil et de l'eau va faciliter la séparation de l'écorce filamenteuse d'avec la tige.

La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.
La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.
La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.

Le lin: une filière régionale.

Il existe peu d'exemples d'une matière agricole aussi locale (2/3 de la récolte mondiale trouve sa production depuis la Normandie jusqu'à notre région des Hauts-de-France).

La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.
La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.
La récolte du lin a commencé chemin de Bellecour.

Sur 100 kg de paille récoltés on récupère 25 kg de filasse. Cette filasse sera ensuite peignée et filée pour devenir vêtements, linge de maison, mobilier...

La machine forme des andains bien réguliers et alignés.

La machine forme des andains bien réguliers et alignés.

La culture du lin ne nécessite que très peu de produits phytosanitaires et quasiment pas d'engrais. Le lin piège quantités de CO2, consomme très peu d'azote du sol. Il n'épuise donc pas les sols, et contribue même, en assolement, à laisser reposer la terre et à la reconstituer.

Il se contente de la pluie qui tombe du ciel (à profusion, il faut bien le dire...), sans qu'il soit nécessaire d'arroser artificiellement. (Sources internet Landmade)

Le lin a donc un bel avenir dans notre région...

Publié dans Le village

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>