Bientôt un hôtel à Remaucourt...pour les insectes !

Publié le par Bruno

Une ouverture au printemps prochain dans le jardin.

Un 3 étoiles pour coccinelles, papillons, abeilles, perce-oreilles, chrysopes, carabes, etc. "auxiliaires" du jardinier. Une fois installés, ils seront d'un grand secours pour démarrer le potager et en pollinisant les arbres fruitiers. "Ce sont les larves de la chrysope encore appelée "Demoiselle aux yeux d'or" qui rendent le plus de services au jardinier, elles sont les prédateurs naturels de plusieurs nuisibles. Leurs proies favorites sont les pucerons, elles ne dédaignent pas pour autant quelques aleurodes, araignées rouges, thrips ou œufs de noctuelles ou de cochenilles si ceux-ci se présentent. La chrysope effectue un "travail de fond", et évite la prolifération des populations d'insectes nuisibles. En comparaison, une larve de chrysopes consomme en moyenne 300 à 400 pucerons durant son développement. Une fois adulte, la chrysope ne se nourrira plus que de nectar et de pollen. La coccinelle, quant à elle, dévore près de 1 700 pucerons durant sa phase larvaire, puis 20 pucerons par jour une fois adulte.

La larve de chrysope garde un avantage, puisqu'elle s'active plus tôt en saison que la coccinelle, elle est un bon prédateur "préventif" pour retarder l'invasion des pucerons avant l'arrivée des coccinelles. La chrysope adulte remplit le rôle de pollinisateur puisqu'elle passe de fleurs en fleurs se régaler de nectar et de pollen". (Sources: magazine plantes et jardins)

Quelques planches à palette plus tard...

L'hôtel est déjà bien avancé.

L'hôtel est déjà bien avancé.

Chaque "chambre" de l'hôtel accueillera une catégorie spécifique d'insectes auxiliaires.

Pour lutter naturellement contre les nuisibles, l' agencement de l'hôtel favorisera l'installation des insectes auxiliaires, quitte à acheter en jardinerie dès le printemps prochain des larves de coccinelles pour accélérer leur installation...

 

Seules les surfaces extérieures de l'hôtel ont été couvertes de vernis bateau pour la protection aux intempéries.

Seules les surfaces extérieures de l'hôtel ont été couvertes de vernis bateau pour la protection aux intempéries.

L'installation de l'abri.

Il reste encore un peu de travail pour finaliser cet hôtel, les chambres du bas à terminer, fixer les pieds pour mettre légèrement hors sol la caisse et enfin sceller sur fondations l'ensemble.

Avec l' arrivée précoce de l'hiver, le scellement au ciment attendra le printemps prochain. Aussi, les meilleures périodes pour installer un hôtel à insectes sont le printemps et l'automne.

Les insectes débutent leur reproduction au printemps et dès le mois de Juin, l'abri a des chances d'être colonisé. A l'automne, les insectes recherchent des gîtes pour passer l'hiver à l'abri.

 

Dans le toit, deux nids pour les mésanges ont été aménagés. Les briques creuses seront remplies de terre glaise avant installation définitive.

Dans le toit, deux nids pour les mésanges ont été aménagés. Les briques creuses seront remplies de terre glaise avant installation définitive.

Une situation idéale dans le massif de lonicéra plicata et de genêts.

A proximité du jardin et des arbres fruitiers, avec une exposition plein Sud, à l'abri des vents dominants et de la pluie, deux plots de ciment sont en attente pour recevoir la maison des insectes. Une découpe dans le talus de verdure sera l'endroit idéal pour l'implantation en Mars prochain.

L'hôtel disparaitra peu à peu dans le talus de verdure.
L'hôtel disparaitra peu à peu dans le talus de verdure.

L'hôtel disparaitra peu à peu dans le talus de verdure.

La vie attire la vie. C'est un peu comme une réaction en chaine. Les premiers insectes, en quête d'hébergement, vont vite repérer les interstices accueillants de l'hôtel. Les premiers arrivants vont produire des déchets, une descendance, de la nourriture qui vont en attirer d'autres et tout un cortège d'espèces va se mettre en place, les unes étant dépendantes des autres. Les mésanges, une fois installées devraient réguler et contribuer ainsi à créer un équilibre.

Pas d’inquiétude, l'hôtel n'attire pas d'insectes piqueurs, les abeilles ne piquent pas spontanément l'homme, sauf s'il les cherche.

Vivement le printemps prochain !

Publié dans Côté jardin éco

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article