Vieillir avec son compagnon à quatre pattes!

Publié le par Bruno

Vieillir avec son compagnon à quatre pattes!

Ayant travailler de nombreuses années au sein d'une unité de long séjour, voire d'UHR (unité d'hébergement renforcée) avant mon départ à la retraite, je me suis toujours préoccupé de l'état psychologique dans lequel se trouvait parfois à son entrée la personne âgée face à une séparation brutale d'avec son animal de compagnie. Parfois les enfants adoptent le chien ou le chat de leur parent, parfois il n'y a pas d'autres alternatives que la SPA, dans le meilleur des cas... Il est alors facile d'imaginer dans quel état d'esprit la personne âgée envisage son entrée en institution.

J'ai lu ici ou là sur internet que seulement 43% des maisons de retraite acceptent les animaux! Aller en maison de retraite est pour beaucoup un moment difficile de la vie, alors si en plus il est conjugué avec l'abandon de son animal de compagnie, c'est le déchirement assuré ...

"Les recherches de Hecht, McMillin et Silverman (2001) ont porté sur le soutien que peut apporter un animal à un senior ; elles ont démontré qu’une personne seule avec son chien créait avec lui un lien d’attachement plus fort qu’une personne qui a un réseau social. Kidd et Feldmann (1981) ont prouvé que les personnes âgées qui ont un animal de compagnie ont une meilleure confiance en elles.

D’autres études menées en Australie et en Allemagne ont même calculé que les personnes ayant un animal de compagnie allaient moins chez le médecin et se médicamentaient moins.

Enfin, le niveau d’anxiété, de peur et de dépression est diminué, alors que les effets sur la bonne humeur sont augmentés.Bien naturellement, la compagnie d’un animal atténue le sentiment d’isolement, mais le fait de le caresser réduit la pression artérielle, la température de la peau et la fréquence cardiaque, qui sont autant d’indices de stress. En outre, la nécessité de promener le chien contribue à prévenir les maladies cardio-vasculaires, le diabète et l’ostéoporose. Enfin, l’animal favorise les échanges sociaux : on lie plus facilement conversation avec les résidents qui aiment les bêtes !
Mais d’autres résultats sont encore plus surprenants. Des chercheurs ont remarqué que les patients atteints d’Alzheimer retrouvaient l’appétit lorsqu’ils observaient un aquarium rempli de poissons rouges.
Cependant, en dépit des améliorations sur la santé et le bien-être, on prend soin d’un animal car et c’est la raison principale, il nous le rend bien ! Il prend toute sa place, peut devenir un confident, un partenaire ou un complice. Comment ne pas craquer devant le regard de son chien ou devant les ronrons de son chat."

Conclusion, pour apporter du soleil dans la vie de vos aïeux, penser à les visiter avec votre chien s’ils n’en ont pas, voir à leur parler de la possibilité d’en adopter un !

Enfin, je dois dire que là où j’exerçai nos compagnons à quatre pattes étaient et sont toujours les bienvenus. C'est une bonne maison !

Pour l'anecdote, quand notre chère Ambre est tombée malade, une résidente Madame T... me demandait tous les jours de ses nouvelles et se proposait d'en prendre soin durant mes heures de travail, elle qui à l'époque avait dû abandonner son chien à des voisins lors de son entrée.

Vieillir avec son compagnon à quatre pattes!
Vieillir avec son compagnon à quatre pattes!

Publié dans Isis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article