Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

Publié le par Bruno

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

A quelques kilomètres de Gérardmer, au sud de Saint-Dié des Vosges, en remontant la Meurthe, les visiteurs les plus curieux peuvent découvrir une des plus belles vallées du massif vosgien. Le Défilé de Straiture, un sillon d’origine glacière, déchire le massif en pentes abruptes et caillouteuses, recouvertes de gigantesques épicéas. Creusé par l’érosion glacière puis modelé par les torrents, ce site est sans doute une des plus authentiques vallées vosgiennes. Au fond du défilé, juste avant l’élargissement de la vallée consentant les premiers pâturages, se niche la scierie du Lançoir.

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

Déjà présente au Moyen-Âge, elle fut reconstruite au XVIIème siècle après un incendie. Propriété des Ducs de Lorraine, elle passe sous contrôle de l’état français en 1766. Échappant de peu aux Allemands en novembre 44, elle resta propriété des Eaux et Forêts jusqu’en 1953.
(Propriété des Ducs de Lorraine, elle devient scierie domaniale après la révolution et sera gérée par les Eaux et Forêts jusqu’en 1953.)

Le long du cours de la petite Meurthe, depuis le XIème siècle, on a utilisé la force de l’eau pour soulager l’effort des hommes. La scierie du Lançoir est le dernier représentant de l’utilisation de cette énergie.

La petite Meurthe.
La petite Meurthe.

La petite Meurthe.

En amont de la scierie, on détourne une partie du torrent pour alimenter le canal d’amener.

L'eau du canal d'alimentation passe au travers d'une grille avant de dévaler 5 mètres en contre bas par une conduite d'accès aux pales de la turbine.
L'eau du canal d'alimentation passe au travers d'une grille avant de dévaler 5 mètres en contre bas par une conduite d'accès aux pales de la turbine.

L'eau du canal d'alimentation passe au travers d'une grille avant de dévaler 5 mètres en contre bas par une conduite d'accès aux pales de la turbine.

Libérée d’une chute de cinq mètres par l’ouverture d’une vanne, l’eau se précipite sur les pales de la dernière turbine Canson-de Montgolfier encore en activité en France. Elle peut l’entraîner jusqu’à 180 tours par minute.

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

Au sous-sol, la rotation est transmise directement par un arbre de couche relié à un système bielle-manivelle.

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

Le mécanisme, d’une grande simplicité, combine par sa précision technologique, le va-et-vient de la lame et l’avancée du chariot sur lequel est fixé le tronc à scier.
Dans le Haut Fer, la lame, légèrement oblique, ne coupe qu’en descendant.

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

L’ingéniosité rustique des générations de sagards* qui se sont succédées auprès de cette machine y a ajouté une alarme de fin de sciage et un arrêt automatique car d’autres tâches réclamaient sa présence.

Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.
Voyage dans le temps: la scierie du Lançoir.

Extrait vidéo de la visite.

Musique de François De Roubaix - Célèbre musique du film Les Grandes Gueules (1965) avec Bourvil & Lino Ventura, filmé en grande partie à la scierie à haut-fer de Cellet, Gérardmer, Vagney.

A regarder en HD 1080 (clic sur HD)

* Le sagard était le nom de l'ouvrier de la scierie. L’étymologie probable et lointaine de ce mot vient du latin "Secare" (couper), devenu "Segare" (scier). En patois lorrain: lo seg (la scie). Lo segatt (la petite scie ou encore la soyotte). En italien et espagnol "la sega" signifie scie. En allemand, sägen veut dire scier.

Le "sagard" était payé au rendement. Au milieu du XIXème siècle, il sciait 100 planches minimum par jour pour 18 heures de travail ! En 1960, il travaillait encore 14 heures par jour. Le revenu tiré de la scierie étant insuffisant, avec son épouse, ils cultivaient un lopin de terre et élevaient une vache, un cochon et une basse-cour, vivant en cela en autarcie alimentaire.

En 1953, le dernier sagard, René Durand, rachète la scierie aux "Eaux et Forêts". Il cessera son activité en 1965.
30 ans plus tard, son fils Jean entreprend avec un groupe d’amis et le soutien du Parc des Ballons des Vosges de restaurer ce patrimoine. Ce travail est couronné en 1997, par l’inscription à l’inventaire des monuments historiques.

Ce patrimoine est désormais la propriété de la Communauté de Communes de la Haute Meurthe.
A quelques pas des plus grands épicéas d’Europe et de la bergerie de Straiture, la scierie du Lançoir accueille tous les publics et propose une visite de découverte et de partage des moments de la vie du sagard.

(Sources office du tourisme Saint-Dié-des-Vosges)

Lors d'une visite à cette vieille scierie hydraulique, monument historique classé, quand la lame du Haut-fer mord le bois, on touche du doigt le lien qui unit intimement le savoir-faire des hommes, l'eau et la forêt.

Publié dans Photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Annie 02/10/2016 09:52

Une fois de plus, ton reportage est passionnant et tu nous fait découvrir des richesses ignorées..
Il ne manque que l 'odeur du bois.Merci...

Bruno 02/10/2016 10:56

Merci Annie, une petite vidéo est en cours de montage...