Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

236 résultats pour “récolte de pommes de terre

Vous avez dit permaculture ?

Publié le par Bruno

La canicule s'installe sur notre région cette semaine.

Au jardin, les pommes de terre ne devraient pas trop souffrir du manque d'eau. Une épaisse couche de végétaux disposée sur le plant en avril dernier devrait maintenir une humidité relative.

Vous avez dit permaculture ?

Quatre routes de pommes de terre le 25 avril dernier .

Vous avez dit permaculture ?

Le plant a été posé à même le sol, pas besoin de bêche ou plantoir, juste un cordeau pour tracer la route.

Le mulch disposé sur les pommes de terre est composé d'un mélange de fumier de cheval, de BRF, de compost et de nombreux sacs de tonte de gazon.

La récolte s'annonce prometteuse...

Vous avez dit permaculture ?
Vous avez dit permaculture ?

Publié dans Côté jardin éco, Photos

Partager cet article
Repost0

Une récolte de pommes de terre correcte hors sol, sous une couche épaisse de mulch.

Publié le par Bruno

Ce n'était pas gagné cette année encore... Une température caniculaire depuis des semaines, des mois, pas d'eau ou si peu, je n'espérai pas un tel résultat.

Deux belles brouettes rentrées sous un soleil de plomb ! pommes de terre arrachées à la main: plus besoin d'outil.
Deux belles brouettes rentrées sous un soleil de plomb ! pommes de terre arrachées à la main: plus besoin d'outil.

Deux belles brouettes rentrées sous un soleil de plomb ! pommes de terre arrachées à la main: plus besoin d'outil.

Le mulch formé de fumier de cheval, de BRF, de feuilles mortes ramassées l'hiver dernier et de tontes de gazon, ont prouvé une fois encore leur efficacité.

A mon grand étonnement, la terre reste encore fraîche sous l'épaisse couche de mulch après des semaines de fortes chaleurs.

Mise en place du much au printemps, sur les pommes de terre posées à même le sol.

Mise en place du much au printemps, sur les pommes de terre posées à même le sol.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Jardin: un essai à renouveler.

Publié le par Bruno

Un printemps froid et sec avec encore des gelées le 10 Mai dernier qui ont anéanti les espoirs de récoltes de fruits du jardin. Bien sur les pommes de terre n'ont pas été épargnées par ce coup de froid... malgré un plant choisi de "semi tardive" en l'occurrence la variété "Chérie". Elle produit des tubercules à la peau rouge et à la chair ferme de couleur jaune, de calibre moyen, (idéale pour les cuissons à l'eau ou à la vapeur et se dégustent aussi mijotées ou rissolées...)

A noter aussi un cruel manque d'eau, suivi de l'épisode de canicule, les espoirs de récolte 2017 étaient bien compromis, alors que j'expérimentai cette saison, une nouvelle méthode, de culture de pommes de terre.

Plus de bêche ou socle de charrue pour planter, plus de buttes de terre à réaliser avec la rasette. Le plant est disposé à même le sol travaillé, enrichi de fumier de cheval. Le tubercule reçoit ensuite une pelle de terreau bien humide du composteur de jardin et l'ensemble est couvert au fil des semaines du contenu du bac de la tondeuse à gazon (même si les tontes n'ont pas été très importantes pendant la canicule). Un complément de paillage avec du fumier de cheval fut nécessaire pour laisser le plant à l'abri de la lumière.

Plus besoin d'outil pour arracher les pommes de terre.

 

Jardin: un essai à renouveler.

Les mains suffisent pour récolter... et les pommes de terre sont propres.

Jardin: un essai à renouveler.
Jardin: un essai à renouveler.

Moins fatigant à cultiver...

Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.
Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.

Rapide et facile à arracher ! une récolte correcte malgré une saison difficile.

Voilà de quoi envisager de renouveler l'expérience l'an prochain dans le grand jardin des enfants.

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

Des pommes de terre sans fatigue !

Publié le par Bruno

L’idée selon laquelle les plants de pommes de terre doivent être enterrés pour bien produire semble une évidence à la plupart des jardiniers et des agriculteurs.

Or ceci est faux. L’expérience prouve que les pommes de terre germent et poussent très bien lorsqu’elles sont déposées, en respectant quelques précautions, à la surface du sol et sous une couche de mulch.

Pour ma part, je prépare ce fameux mulch avec du fumier de cheval, du BRF , et mes feuilles mortes ramassées l'automne dernier. Rien ne se perd !
 

Archives blog 2017 : pommes de terre (variété Chérie) arrachées à la main.
Archives blog 2017 : pommes de terre (variété Chérie) arrachées à la main.
Archives blog 2017 : pommes de terre (variété Chérie) arrachées à la main.

Archives blog 2017 : pommes de terre (variété Chérie) arrachées à la main.

Après avoir griffé superficiellement ma terre au crochet, je disperse quelques pelles de "compost maison" sur l'emplacement des futures plantations.

Je dispose ensuite le plant au cordeau à même la terre et le recouvre d'une couche de mulch assez épaisse (une bonne vingtaine de cm) sans tasser et ... c'est tout.

Les pommes de terre produisent des germes qui traversent peu à peu le lit de paille. Les tiges qui se forment sont d’abord frêles puis grossissent peu à peu.

Après quelques semaines de végétation, si tout se passe bien, la paille se couvre d’une végétation abondante qui se prolonge souvent plus tardivement que celle des pommes de terre cultivées en terre selon la méthode habituelle. Les tontes régulières de gazon viendront au fil du temps recouvrir les buttes ainsi formées, tant que la période des Saints de glace ne sera pas passée !

En cas de forte sécheresse la culture sous mulch résiste particulièrement bien car l’humidité du terrain se conserve sous le lit de de déchets végétaux.

Lorsque les parties aériennes se fanent la récolte peut commencer.

Et les "mauvaises" herbes me direz-vous ? La plupart n’arrivent pas à traverser le lit de mulch qui constitue une barrière mécanique importante.

Les pommes de terre arrachées (à la main) le moment venu, seront dépourvues de terre, plus besoin d'outil et moins de mal de dos...

La parcelle arrachée recevra ensuite le plant de poireau dans une terre bien fertilisée.

Merci à Christian pour son gazon fraîchement coupé, la technique du mulching nécessite de grosses quantités de débris végétaux, d'où la difficulté d'employer la méthode à grande échelle.
Merci à Christian pour son gazon fraîchement coupé, la technique du mulching nécessite de grosses quantités de débris végétaux, d'où la difficulté d'employer la méthode à grande échelle.

Merci à Christian pour son gazon fraîchement coupé, la technique du mulching nécessite de grosses quantités de débris végétaux, d'où la difficulté d'employer la méthode à grande échelle.

Partager cet article
Repost0

Connaissez-vous la pomate?

Publié le par Bruno

Connaissez-vous la pomate?

Amateur de jardin, je viens de découvrir un "nouveau" légume, la pomate. Ce nouveau légume élaboré par un horticulteur breton passionné de greffes, Michel Loaec, a réalisé la greffe d'un plant de tomate sur un plant de pomme de terre... Le jardin étant trop petit, voilà une idée intéressante, gain de place pour deux légumes récoltés...

La tomate et la pomme de terre sont deux plantes de la même famille, les Solanacées, qui toutes deux produisent des fruits, des baies de différentes grosseurs suivant les espèces ou variétés: la tomate, solanum lycopersicum, la pomme de terre, solanum tuberosum.

Techniques de Michel Loaec pour le greffage :

Prenez une belle pomme de terre germée, peu importe la variété. Si vous plantez en serre, choisissez une variété primeur que vous connaissez bien.

Enlevez tous les germes sauf un. Gardez le plus beau germe parmi les plus gros.

Prélevez un gourmand sur un plant de tomate, d'une longueur d'environ 10cm Peu importe la variété, mais, je vous conseille de choisir plutôt un plant de tomate cerise. Pourquoi ? Parce ce qu'elle donne des petits fruits. Il faut se rappeler que la pomme de terre produit des petites baies. Donc, les fruits de la "pomate" auront moins de difficulté à mûrir.

Pratiquez une greffe à l'anglaise. Pour ce faire, coupez de biais la base du gourmand de tomate et de biais la partie haute du germe de pomme de terre. Utilisez un bon greffoir bien tranchant. Faites coïncider les deux parties en les maintenant par une petite pince spéciale de greffage. Si vous n'avez pas de pince, utilisez un morceau de scotch déchirable. Procéder délicatement, les deux parties étant molles, il ne faut pas les écraser entre les doigts. Plantez maintenant cette nouvelle plante comme vous plantez des pommes de terre mais, attention, n'enterrez pas le point de greffe pour l'instant. Le point de greffe doit d'abord sécher en formant un cal.

Au bout de quinze jours environ, quand le cal sera bien formé, vous buterez la pomate en ramenant la terre tout autour de façon à ce que le point de greffe soit enterré d'au moins 1 à 2cm.

La culture :

Vous traiterez la pomate préventivement à la bouillie bordelaise. Au fur et à mesure de la croissance, vous buterez à nouveau. Vous supprimerez les gourmands sur la partie aérienne.

La récolte :

Les pommes de terre seront mûres avant les tomates. En septembre, vous dégagez la terre délicatement pour récolter vos pommes de terre.

Comme vous avez correctement buté la pomate, la tomate a développé son propre système racinaire et peut donc continuer à vivre et à alimenter les fruits. Ce que vous n'aurez pas, ce sont les fanes de pommes de terre. Voici un livre de chevet fort intéressant, ouvrage de 1946, toujours d'actualité:

L'art de greffer

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58214287/f20.image.r=Russie.langENhttp://

Connaissez-vous la pomate?
Connaissez-vous la pomate?

Publié dans Côté jardin éco

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>